C'est comment ailleurs ? , France info

C'est comment ailleurs ? Le "spoil system" aux Etats-Unis

Alors que les ministères déménagent en cette fin de quinquennat Hollande, franceinfo s’intéresse aux changements de pouvoir aux Etats-Unis

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le Dôme du Capitole, siège du congrès américain à Washington
Le Dôme du Capitole, siège du congrès américain à Washington (ROBYN BECK / AFP)

Le changement de pouvoir en France entraîne le départ des collaborateurs des ministres mais pas de la haute administration qui reste en place car elle est théoriquement non partisane. Aux Etats-Unis, le système est bien plus radical pour les hauts fonctionnaires.

Spoil system

On appelle cela le système des dépouilles, en anglais "spoil system". Quand le nouveau pouvoir arrive, l'administration en place dégage au profit d'une nouvelle haute fonction publique dévouée au nouveau patron de la Maison-Blanche et à sa majorité.

Origine du système

L’idée est que le nouveau président et son équipe doivent pouvoir compter sur la loyauté des hauts fonctionnaires avec des gens qui leurs soient proches politiquement. Ils considèrent que les électeurs leur ont donné un mandat pour qu'ils puissent choisir leurs hauts fonctionnaires.

Le "spoil system" ne date pas d'hier. Il s'est mis en place rapidement dans la jeune république américaine et s'est largement développé au XIXe siècle.

Des milliers de personnes éjectées

4 000 personnes sont concernées par ce grand coup de balai. Ce chiffre est énorme mais doit être rapporté aux deux millions de fonctionnaire fédéraux américains. Seuls les hauts fonctionnaires sont sur le siège éjectable. Avec certains présidents, il est arrivé que plus de 5 000 postes soient renouvelés.

En tout cas, ce grand chambardement prend des mois. Actuellement avec la présidence Trump et ses débuts chaotiques, ses aspects contestables, le changement prend encore plus de temps. La moitié des postes n'a toujours pas été renouvelée.

Avantages du système de dépouilles

Cette tradition permet de régénérer les élites de la haute administration en incorporant souvent des profils très spécifiques venant de l'extérieur, de grandes universités, de think tank et du secteur privé, avec des idées nouvelles. Des personnes qui peuvent apporter leur expérience et pousser certaines réformes auxquelles elles croient.  

Dangers et garde-fous

En revanche, le "spoil system" peut favoriser l'arrivée de gens qui défendent des intérêts privés. Au XIXe siècle, il y a eu des gros scandales à ce sujet avec des postes octroyés à de généreux donateurs de partis politiques. Il faut savoir qu’à l’époque, des dizaines de milliers de postes étaient renouvelés, et non uniquement ceux de la haute administration. Il y avait beaucoup de corruption.

Aujourd’hui, pour limiter ce risque, un tiers des responsables nommés par un président nouvellement élu doit être validé par le Congrès. Ce qu’on appelle le "check and balances", des contrôles et des contrepoids.

Le Dôme du Capitole, siège du congrès américain à Washington
Le Dôme du Capitole, siège du congrès américain à Washington (ROBYN BECK / AFP)