Santé : aux Etats-Unis, des lentilles intelligentes capables de prévenir le glaucome

écouter (3min)

Le glaucome, parfois surnommé voleur de vision silencieux, reste difficile à repérer et donc à prévenir. 80 millions de personnes sont affectées dans le monde. Une lentille intelligente développée par une université américaine pourrait changer la donne.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un homme met une lentille (illustration). (SYLVIE CAMBON / MAXPPP)

Le glaucome vient d’une lésion du nerf optique liée à une hausse de la pression interne de l’œil. Mais il n’y a pas de symptôme clair, pas de douleur particulière et une fois que l’effet de la maladie apparaît, une baisse du champ visuel, c’est trop tard. Il faut donc pouvoir surveiller la pression interne de l’œil, ce qui veut dire faire des examens chez un médecin régulièrement, ce qui demande du temps, de l’organisation.

>> Le glaucome, première cause de cécité

Il est possible de s’examiner chez soi, mais avec des instruments pas toujours agréables à utiliser. Dans les deux cas, les techniques ne permettent pas de surveiller la pression pendant le sommeil, or cette pression est la plus élevée quand on s’allonge.

Une technologie inspirée de l'autocollant

Ce sont des lentilles souples issues du commerce mais modifiées avec l’ajout d’un tonomètre miniature, l’appareil qui permet de mesurer la pression intraoculaire. Elles sont baptisées SSCL, pour "smart soft contact lenses", ces lentilles de contacts souples et intelligentes peuvent se porter pendant la nuit. Les données recueillies sont transmises à un receveur sur une paire de lunettes pendant la journée et dans un masque de sommeil pendant la nuit. Les médecins peuvent ensuite accéder à ces données. Le tonomètre peut même déclencher une alerte si la pression intraoculaire augmente trop. 

L’équipe de recherche de l’université de Purdue dans l’Indiana aux Etats-Unis, entre Indianapolis et Chicago, est dirigée par Chi Hwan Lee, un professeur d’ingénierie biomédicale. Il s’est spécialisé dans ce qu’il appelle la "Sticktronics", en référence à un "sticker", un autocollant en français, qui contiendrait cette technologie intelligente, ce qui permet de surveiller des maladies chroniques, et l’état de santé en général sans trop importuner le patient avec des objets plus volumineux.

La lentille a été testée sur des lapins, des chiens et évidemment des humains pour vérifier sa prévision et son niveau de confort, explique l’équipe dans un article de la revue scientifique Nature.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.