"Picsou Magazine" fête ses 50 ans

Le magazine fête en kiosque son 50e anniversaire. Génération après génération, le bimestriel "Picsou Magazine" et ses bandes dessinées Disney ont toujours de nouveaux lecteurs.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le numéro spécial de Picsou Magazine à l’occasion de son 50e anniversaire. (PICSOU MAGAZINE)

"Il est là, je viens d'ouvrir et vais faire la mise en place", explique un marchand de journaux parisien. Le numéro spécial de Picsou Magazine à l’occasion de son 50e anniversaire vient d'arriver dans sa boutique mais il n'est pas encore déballé. Le succès du magazine, créé le 21 février 1972, ne s'est jamais démenti. "J'ai les gosses qui viennent régulièrement", explique le marchand de journaux. Le canard milliardaire mais avare traverse les générations et le lectorat se renouvelle.

Devant les grilles de Disneyland Paris, le désagréable milliardaire semble souvent plus séduisant que le plus lisse Mickey. "Le journal de Mickey c'est plutôt pour les enfants et Picsou aussi pour les petits et grands", nous explique Esteban, incollable sur le sujet. "Picsou c'est toute mon enfance, je le lisais de mes 5 ans à mes 15 ans", raconte un adulte qui se souvient des plongeons du célèbre canard dans la piscine de pièces.

Une évolution avec le temps

Un Picsou apprécié des enfants et des grands mais peut-être moins sympa que Riri, Fifi et Loulou, qui font l'unanimité chez les jeunes. Quoique Leeloo (pourtant quasi homonyme du dernier) leur préfère leur moins connue cousine Zaza : "Elle a toujours envie de faire une aventure. Dès qu'elle voit une info à la télé qui parle d'une chasse au trésor, elle fonce direct." Ce personnage de Zaza a été créé dans les années 1980, sans doute pour féminiser un peu l'ensemble. C'est que Picsou Magazine évolue aussi avec son temps.

"On fait vraiment cet effort de s'adresser aux filles et aux garçons, même si on est surtout lu par des petis garçons."

Jean-Baptiste Roux, rédacteur en chef de "Picsou Magazine"

à franceinfo

Depuis trois ans, fini les gadgets offerts avec chaque numéro, considérés comme pas assez écoresponsables. Picsou aura droit le mois prochain à son propre stand au festival de la BD d'Angoulême. Peut-être le canard à redingote y croisera-t-il Mathis, qui serait preneur de bons conseils : "Il est riche et j'aimerais bien l'être aussi."

"Picsous Magazine", 50 ans de succès : reportage d'Augustin Arrivé
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers BD Bande dessinée

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.