Cet article date de plus de douze ans.

De Bruxelles à Kiev

A première vue, il y a des moments ou le sport ressemble drôlement à la politique et vice versa. Et les deux sommets européens qui viennent de se tenir à Bruxelles pour l'économie et en Ukraine et Pologne pour le football en sont la preuve.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

A Bruxelles et à la
surprise générale, ce sont les Espagnols et les Italiens qui ont tiré les
marrons du feu en obligeant l'Allemagne à d'inattendues concessions sur la
croissance.

Rebelote dans l'Euro
de football : ce sont encore les Espagnols et les Italiens qui ont joué les
super puissances comme si l'Europe était en train de se rééquilibrer par le sud
au détriment d'un couple franco-allemand vieillissant.

L'Allemagne, c'est
vrai, s'est montrée hégémonique mais beaucoup trop sûre d'elle-même que ce soit
à Bruxelles ou sur les terrains de foot. Quant à la France,Si le président
Hollande a plutôt bien fait le job à Bruxelles, l'autre "président"
(le surnom de Laurent Blanc) a préféré jeter l'éponge au terme d'une
compétition ou les Bleus ont surtout brillé par leur "Nasri...sisme".

Pour parler comme un
footeux, on dira que le bilan de Laurent Blanc est "aussi pire" que
celui de Domenech. Depuis six ans, depuis Zidane et la dernière victoire
tricolore contre l'Espagne, rien n'a changé dans l'équipe de France de football
dont le jeu et le comportement sont misérables.

Comme toujours, en
sport et en politique ces choses-là se paient dans les sondages. Selon l'IFOP,
8 Français sur 10 n'ont plus aucune sympathie pour les Bleus. On souhaite bien
du courage au successeur de Blanc qui sera choisi dans les heures qui viennent.
Et on a un bon slogan pour lui : "le changement c'est
maintenant
" !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.