Cet article date de plus d'un an.

Assemblée : les députés RN "ne branlaient rien pendant des années, là ils bossent", juge Robert Ménard

Invité de franceinfo, le maire de Béziers, Robert Ménard s'est exprimé sur le travail des députés RN, ses anciens compagnons de route. Pour l'élu "ils se comportent de façon plus responsable". 

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le maire de Béziers Robert Ménard était l'invité du 8h30 franceinfo jeudi 12 janvier. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Les députés du Rassemblement national (RN) "ne branlaient rien pendant des années, là ils bossent", juge le maire de Béziers, Robert Ménard, jeudi 12 janvier sur franceinfo. Ces derniers, dix fois plus nombreux après les législatives de 2022, défendent jeudi leurs propres propositions de loi, dans le cadre de la journée qui leur est réservée à l'Assemblée nationale, leur "niche parlementaire".

À l'ordre du jour, entre autres : une proposition de loi pour rendre obligatoire le port d'une "tenue uniforme" dans les écoles et collèges publics, ainsi qu'un texte pour supprimer les zones à faibles émissions (ZFE) qui interdisent les véhicules les plus polluants dans les agglomérations.

>> Uniforme à l'école : une "bonne idée" pour Robert Ménard, mais qui ne "règlera pas tous les problèmes de l'école"

"Honnêtement, à l'Assemblée nationale, même s'ils m'exaspèrent de temps en temps par la façon dont ils disent les choses, ils se comportent de façon plus responsable" ajoute l'élu local, qui a pris ses distances avec le RN, dont il était proche autrefois. Les députés du RN "ont fait des progrès", affirme-t-il encore.

Robert Ménard s'attarde aussi sur le cas de la présidente du groupe RN à l'Assemblée, Marine Le Pen. "Sur tout un tas de choses, elle a beaucoup changé, elle est plus responsable, elle donne plutôt belle image de son parti, ce qui n'était pas toujours le cas", assure-t-il, même si aujourd'hui, il n'a plus de rapports avec l'ancienne candidate à la présidentielle, qui siège à l'Assemblée depuis 2017. "On est dans une période de glaciation", dit-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.