Cet article date de plus de cinq ans.

Pour Jean-Christophe Cambadélis, la droite a choisi "le candidat ultra"

écouter (25min)

Le premier secrétaire du Parti socialiste, invité de franceinfo lundi, a estimé que François Fillon, en tête de la primaire à droite, était "ultra-conservateur, ultra-libéral, ultra anti-mariage pour tous, ultra anti-social". 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, chargé d’organiser la primaire de la gauche
 (Jean-Christophe Bourdillat / Radio France)

Jean-Christophe Cambadélis, à la tête du PS, a commenté lundi 21 novembre sur franceinfo, le résultat du premier tour de la primaire de la droite et du centre, qui donne un duel Fillon-Juppé au second tour, avec une nette avance en faveur de François Fillon. "La droite a choisi un candidat bien à droite, le candidat ultra", a réagi le patron du Parti socialiste.

C’est ultra-conservateur, ultra-libéral, ultra anti-mariage pour tous, ultra anti-social. Il coche toutes les cases.

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS

Jean-Christophe Cambadélis s’est dit "surpris" par la participation recensée dimanche, au premier tour de la primaire de la droite, en estimant que "la primaire plait aux Français". "Aujourd’hui, on veut pouvoir désigner son champion", ajoute-t-il. Et d’en déduire pour son propre camp que "ceux qui s’autodésignent candidat à la présidentielle" devraient "s'interroger". "Il serait temps de passer par la primaire, parce que la droite est maintenant unie, il faut que la gauche le soit."

Un appel lancé à Macron

Le patron du PS a lancé un appel à Emmanuel Macron pour qu'il participe à la primaire de gauche. 

Le fondateur du mouvement "En Marche !" a déclaré sa candidature la semaine dernière. "C'est très embêtant parce que c'est la division de la gauche. Cela disqualifie la gauche sans le qualifier. Aujourd'hui, il ne gagne pas la présidentielle et il n'est même pas au second tour", a déclaré Jean-Christophe Cambadélis. Emmanuel Macron "doit participer à la primaire de la gauche. Tous ses soutiens à cette étape, tous ses soutiens sont socialistes. Ils sont peu nombreux, mais ils sont socialistes. Donc, s’il veut être loyal  vis-à-vis de ses soutiens, il doit participer à la primaire de la gauche."

Face à un "Fillon ultra, d'une droite extrême, avec une unité à la base", Jean-Christophe Cambadélis a répété qu'il fallait "que se constitue un front de l'ensemble de la gauche".

François Hollande ira-t-il ?

La défaite de Nicolas Sarkozy, éliminé au soir du premier tour de la primaire de la droite, n'est-elle pas une mauvaise nouvelle pour François Hollande, qui pourrait subir le même sort ? "Pour l'instant François Hollande n'est pas candidat donc la question ne se pose pas de cette manière-là", a réagi sur franceinfo le premier secrétaire du PS, chargé d’organiser la primaire de la gauche. Toutefois, l'heure de décision approche. François Hollande "doit se hâter lentement, il doit commencer à réfléchir à cette question [de candidature à la présidentielle]"

"Cette question est posée au lendemain de la primaire de la droite", a jugé Jean-Christophe Cambadélis. 

Retrouvez l'intégralité de l'entretien de Jean-Christophe Cambadélis sur franceinfo le lundi 21 novembre 


Pour Jean-Christophe Cambadélis, la droite a... par franceinfo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.