Changement climatique : "On n'a pas le choix, il faut changer de braquet", lance le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu

écouter (8min)

Un pacte de décarbonation aux industriels les plus émetteurs de CO2 en France a été proposé mardi par Emmanuel Macron.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, était l'invité du "8h30 franceinfo", samedi 8 octobre 2022. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"On n'a pas le choix. Il faut changer de braquet", a lancé mardi 8 novembre sur franceinfo Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, alors qu'Emmanuel Macron a proposé un pacte de décarbonation aux industriels les plus émetteurs de CO2 en France, avec un doublement de l'aide publique à 10 milliards d'euros en échange d'un doublement de leur effort en la matière.

CARTE >> Climat : découvrez quels sont les sites industriels émettant le plus de CO2 en France

"On est en retard sur les ambitions climatiques dont tous les experts nous expliquent que pour les tenir, il faut changer de braquet", martèle Christophe Béchu. Il entend demander "à tous les acteurs" de l'industrie "de changer de braquet". "Nous commençons à poser de façon très concrète la planification écologique promise il y a quelques mois."

"Les pays ne sont pas au rendez-vous de la décarbonation"

Alors que débute la COP27 et après la réunion du président de la République avec les industriels, Christophe Béchu insiste sur "le vrai sujet" qui est "comment on respecte nos engagements climatiques". Citant le secrétaire général de l'Onu, le ministre rappelle que "les pays ne sont pas au rendez-vous de la décarbonation". Selon lui, même les pays qui, "comme la France, font partie de la vingtaine de pays qui ont commencé à baisser leurs émissions, ne sont pas dans le bon rythme", rappelle Christophe Béchu. "Il faut qu'on double la baisse."

Le ministre de la Transition écologique pointe "trois axes" pour agir. "Entreprise par entreprise, le président a donné six mois pour que chacun de ces sites fasse sa feuille de route de décarbonation." Il se dit partisan pour "accélérer sur les nouvelles technologies, en particulier l'hydrogène". Et il plaide pour "une politique de site" afin "d'avoir des stratégies territoriales", là où il y a "concentration d'entreprises très émettrices".

Christophe Béchu ne veut pas de "greenwashing" mais de la "décarbonation effective". Le ministre rappelle aux entreprises que "le soutien de l'Etat" est lié "aux tonnes de CO2 évitées". "Faites des efforts pour le climat. Plus les efforts pour le climat seront importants, plus les résultats seront au rendez-vous, plus on pourra accentuer et accélérer une aide qui permettra à toute l'industrie de s'engager sur un chemin vertueux", ajoute le ministre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.