Cet article date de plus de trois ans.

Vidéo Jean-Hervé Lorenzi (Cercle des économistes) : "Concernant l'emploi et les plans sociaux, le pire est à venir"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 5 min
 -
Jean-Hervé Lorenzi (Cercle des économistes) : "Concernant l'emploi et les plans sociaux, le pire est à venir" - ()
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions

Jean-Paul Chapel reçoit Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des économistes, qui vient d’émettre 10 propositions pour compléter le plan de relance, afin notamment d’encourager la formation des jeunes et la consommation des ménages.

Pour le premier :l’éco de la semaine, Jean-Paul Chapel a reçu Jean-Hervé Lorenzi, fondateur et président du Cercle des économistes, en direct des rencontres économiques d'Aix. Le cercle de réflexion réunissant une trentaine d'éminents économistes vient d’émettre 10 propositions pour compléter le plan de relance, afin notamment d’encourager la formation des jeunes et la consommation des ménages.

Si Jean-Hervé Lorenzi considère que le plan de relance est dans l’ensemble "bien structuré", il estime qu’il est insuffisant pour répondre pleinement aux enjeux soulevés par la crise actuelle. Il note deux éléments manquants : un plan de logement ambitieux qui est un élément clé de l’activité économique dans notre pays, ainsi qu’une définition plus précise des acteurs qui vont porter cette relance.

Les idées proposées par le Cercle des économiques, selon son président, visent à "remettre réellement la France sur une trajectoire de croissance satisfaisante, à travers des mesures plus structurelles, permettant une rupture de l’économie avec son passé" Les mesures proposées portent sur la jeunesse ainsi que le soutien aux nouvelles technologies. "Il y a l’idée forte que la croyance dans le progrès, notamment scientifique, soit retrouvée. Ce n’est aujourd’hui pas le cas, même si nos universités ont de meilleurs résultats, comme le montre le classement de Shanghai".

Sur l’aspect social, le pire est-il à venir ? Oui, répond l'économiste, qui se montre inquiet pour les 500000 ou 600000 jeunes qui vont arriver sur le marché du travail. Il estime qu’il faudra prolonger le chômage partiel "beaucoup plus longtemps" que prévu, au risque de créer une crise sociale importante, qu’il qualifie de "plus grand danger pour le pays". Il émet l’idée de favoriser la prolongation des études des jeunes d’un voire deux ans, soutenu par une rémunération d’un montant similaire au RSA.

S’il est satisfait de l’orientation pro-offre du plan de relance, permettant à ses yeux de maintenir l’appareil productif dans de bonnes conditions, Jean-Hervé Lorenzi souhaite qu’il y ait parallèlement une stimulation de la demande. "On a vu que les français, inquiets, épargnent beaucoup. Une idée intéressante serait de mettre en place des bons de consommations pour des secteurs très touchés tels que l’hôtellerie ou le tourisme, afin d’inciter les gens à consommer plus. Sinon, l’équilibre entre offre et demande n’aura pas lieu, et la relance n’aura pas les effets espérés".

L'entretien s'est conclu avec "Harvest" de Neil Young.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.