Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo "L'Angle éco". Marché du travail : les "insiders" face aux "outsiders"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
L'Angle éco. Pierre et Paul
Article rédigé par
France Télévisions

Selon une théorie économique controversée, la rigidité à l’embauche serait, en France, due au manque de flexibilité d’un CDI trop protecteur. Face au chômage de masse et la précarité, faudrait-il déshabiller Pierre pour habiller Paul ? Extrait de "L'Angle éco".

L’emploi a repris partout en Europe, sauf en France. Voilà quarante ans que notre pays vit avec un chômage de masse. Depuis 1974, dernière année du plein emploi dans l'Hexagone, rien n’a pu empêcher la hausse vertigineuse du nombre de demandeurs d’emploi. Le chômage est-il une fatalité ? A-t-il une nécessité économique ? Et si, au fond, la France avait fait le choix du chômage, en protégeant ses salariés en contrat à durée indéterminée, au détriment des autres, chômeurs ou travailleurs précaires ?

Inégaux face à l’emploi

Selon une théorie développée au cours des années 1980 par les économistes Assar Lindbeck et Dennis Snower, le monde du travail serait dual, séparé en deux populations : d’un côté, des "insiders", qui en France sont titulaires d’un emploi protégé en CDI ; de l’autre côté, des "outsiders" en CDD, en intérim ou en recherche d’emploi. Selon cette thèse, très controversée, les "insiders" seraient la cause indirecte de la précarité des "outsiders", parce qu'ils refusent la flexibilité qui permettrait de créer des emplois. Alors faut-il déshabiller Pierre (le CDI) pour habiller Paul (le CDD) ?

Extrait de "France : la fabrique à chômeurs", une enquête de "L'Angle éco".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.