Violences après la mort de Nahel : quelle indemnisation pour les commerçants victimes de pillages ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
L’heure est à l’indemnisation pour les commerçants victimes des pilleurs. Seulement, certains sont confrontés à des difficultés. À Paris, par exemple, une bijouterie pourrait voir son avenir menacé. Reportage.
Violences après la mort de Nahel : quelle indemnisation pour les commerçants victimes de pillages ? L’heure est à l’indemnisation pour les commerçants victimes des pilleurs. Seulement, certains sont confrontés à des difficultés. À Paris, par exemple, une bijouterie pourrait voir son avenir menacé. Reportage. (France 3)
Article rédigé par France 3 - M. Damoy, A. Portes, C. Cormery, V. Jové, France 3 Bourgogne
France Télévisions
France 3
L’heure est à l’indemnisation pour les commerçants victimes des pilleurs. Seulement, certains sont confrontés à des difficultés. À Paris, par exemple, une bijouterie pourrait voir son avenir menacé. Reportage.

Les vitrines sont vides. Des bijoutiers parisiens n’ont plus rien à vendre. Sur des images, un voisin filme le vol de leur marchandise jeudi 29 juin. En quelques minutes, tout disparait. Ils estiment leurs pertes à 40 000 euros, alors que le magasin n’était ouvert que depuis trois semaines. Aujourd’hui, leur assureur refuse de les couvrir. Yacine Chacal, représentant bijoux, explique : "De notre côté, on est censés être assurés depuis le 1er mai. […] Aujourd’hui, l’assurance dit que nous ne sommes pas assurés parce qu’ils n’auraient pas émis une attestation d’assurance."

Un geste des assureurs

Un bar-tabac a également été ciblé par des pilleurs. Selon le gérant, le préjudice s’élèverait à 100 000 euros. Faute de stock, son chiffre d’affaires a déjà chuté de 50%. L’avenir de son commerce va dépendre de l’indemnisation. Selon le gouvernement, 90 à 95% des professionnels sont assurés contre les incendies, mais pas systématiquement contre le vandalisme et le vol. Alors, aujourd’hui, les assureurs s’engagent à allonger le délai de déclaration des sinistres à 30 jours, à accélérer les indemnisations et à verser des acomptes. Le premier bilan matériel des émeutes est estimé à plus de 280 millions d’euros. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.