Pillages : les agents de sécurité, en première ligne, sont très sollicités

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Après les pillages et dégradations, de nombreux commerçants se tournent aujourd’hui vers les entreprises de sécurité privée pour se protéger. La liste de demandes de vigiles s’allonge et le secteur peine à répondre aux besoins.
Pillages : les agents de sécurité, en première ligne, sont très sollicités Après les pillages et dégradations, de nombreux commerçants se tournent aujourd’hui vers les entreprises de sécurité privée pour se protéger. La liste de demandes de vigiles s’allonge et le secteur peine à répondre aux besoins. (France 3)
Article rédigé par France 3 - A. Sylvain, S. Guibout, P. Lagaune, L. Harper, M. Marini
France Télévisions
France 3
Après les pillages et dégradations, de nombreux commerçants se tournent aujourd’hui vers les entreprises de sécurité privée pour se protéger. La liste de demandes de vigiles s’allonge et le secteur peine à répondre aux besoins.

Discrets, mais bien présents pour assurer la sécurité dans les magasins. Les vigiles n’ont jamais été autant demandés par les enseignes depuis les émeutes. L’un d’entre eux était à l’intérieur d’une grande surface de la banlieue parisienne, quand une dépanneuse parvient à enfoncer la devanture. Six agents de sécurité face à une trentaine de jeunes très violents, cela n’a pas suffi. Les vigiles tentent bien de raisonner les assaillants, mais ils parviennent à s’enfuir avec la marchandise.  

Toute la profession manque de bras depuis le Covid

Un métier difficile, mais indispensable pour protéger les commerces. Depuis la semaine dernière, le patron de l’entreprise de sécurité Triomphe Sécurité ne compte plus les demandes de renfort et doit jongler avec les plannings. Le problème, c’est qu’il manque de candidatures, comparé aux besoins. "Pour être vraiment à l’aise, sur tout le territoire, on peut facilement prendre 200 à 250 agents de sécurité", estime Jean Nahra, directeur général du Groupe Triomphe Sécurité.  En fait, c’est toute la profession qui manque de bras depuis une autre crise, celle du Covid.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.