Adolescent tué à Nanterre : les émeutes sont de plus en plus violentes

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
48 heures après le décès de Nahel, tué par un policier mardi 27 juin, les émeutes et les violences se poursuivent en France et gagnent en intensité. Une situation qui pourrait davantage dégénérer dans les prochains jours.
Mort de Nahel : les émeutes sont de plus en plus violentes 48 heures après le décès de Nahel, tué par un policier mardi 27 juin, les émeutes et les violences se poursuivent en France et gagnent en intensité. Une situation qui pourrait davantage dégénérer dans les prochains jours. (France 3)
Article rédigé par France 3 - M. Bougault, B. Six, F. Bouquillat, M. Burgot, M. Mouamma, J. Ababsa, France 3 Régions, @RevelateursFTV, C. Alphonse
France Télévisions
France 3
48 heures après le décès de Nahel, tué par un policier mardi 27 juin, les émeutes et les violences se poursuivent en France et gagnent en intensité. Une situation qui pourrait davantage dégénérer dans les prochains jours.

Des tirs de feux d’artifice en rafale, les mortiers partent à l’horizontal. La scène se déroule dans la nuit de mercredi à jeudi à Mons-en-Barœul (Nord), les émeutiers visent la mairie et sont déterminés à tout casser. Au matin, les dégâts sont considérables. L'hôtel de Ville, tout juste rénové, est désormais dévasté. "Ça dégageait un sentiment de sauvagerie, beaucoup d’agitation, des tirs. Mais en même temps, il y avait quelque chose de planifié derrière tout ça, car il y avait des voitures, des livraisons de mortiers d’artifice", soulève le maire de la ville, Rudy Elegeest (LREM).

Un couvre-feu à Clamart

Dans le nord de la France, la nuit dernière fut particulièrement agitée. Des supermarchés brûlés, une école privée. "Les enfants, les parents, c’est un choc pour tout le monde", souligne la directrice adjointe de l’établissement. À Villeurbanne (Rhône), un immeuble d’habitations a brûlé, des individus ont tiré des mortiers d’artifice sur les balcons. Le feu se propage à 1 heure. En tout 41 personnes sont évacuées, 5 blessées. Nuit de violence également en région parisienne. À Fresne (Val-de-Marne), des assaillants ont attaqué le poste de sécurité de la deuxième plus grande prison de France, pas d’évasion, la police a fait fuir les casseurs. À Clamart, un couvre-feu a été instauré dès 21 heures ce jeudi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.