VIDEO. Gad : reprise sous tension

En Bretagne, c’était la reprise du travail aux abattoirs Gad lundi 20 octobre. L’usine est sauvée, mais un salarié sur trois est licencié. Une journée éprouvante suivie par France 2 à Josselin, dans le Morbihan.

France 2

A l’embauche, beaucoup ont le visage fermé. Même s’ils ont sauvé leur emploi, le cœur n’y est pas. "J’en ai gros sur la patate déjà pour les collègues ", commente une salariée. "Cela fait mal pour eux qu’ils ne soient pas revenus". "J’ai la boule au ventre d’aller au travail", ajoute une autre.  Au total, les deux tiers des effectifs, 530 salariés, ont été repris par le groupe Intermarché. Mais en arrivant, personne ne sait ce que cette journée de travail leur réserve.

Les critères de licenciement en question

À un kilomètre de là, le désarroi et le silence : il y a trois jours, ces salariés ont en revanche été licenciés. Face aux délégués syndicaux, qui les réunissent, les nerfs finissent par lâcher. "J’ai entendu le directeur me dire ‘Pascal tu n’as rien à te reprocher dans ton travail, tu es irréprochable dans ton travail’, et puis on me balance comme de la merde au bout de quarante ans de boulot ? ", s’énerve un ancien salarié. Pour tout le monde, la même interrogation : les critères qui ont présidé au licenciement. Des critères que le repreneur affirme ne pas avoir choisis. Le nouveau propriétaire affirme qu’il proposera une centaine d’emplois dans ses filiales bretonnes en priorité aux licenciés de Gad.

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Deux employés quittent le site des abattoirs Gad, à Josselin (Morbihan), le 11 août 2014.
Deux employés quittent le site des abattoirs Gad, à Josselin (Morbihan), le 11 août 2014. (MIGUEL MEDINA / AFP)