Cet article date de plus de deux ans.

Grande distribution : vers la fin des prospectus publicitaires ?

Publié Mis à jour
Grande distribution : vers la fin des prospectus publicitaires ?
Grande distribution : vers la fin des prospectus publicitaires ? Grande distribution : vers la fin des prospectus publicitaires ? (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - C.Tixier, O.Martin, A.Etienne, C.Barbaux, N.Dahan, P.Juvigny, R.Massini, T.Germain, X.Roman, C.La Rocca, C.Pary, L.Lavieille
France Télévisions
France 2

Plusieurs enseignes de la grande distribution réduisent leur production de prospectus publicitaires. Les clients peuvent toujours profiter du catalogue de promotions en ligne. 

Il y a de moins en moins de prospectus dans les boîtes aux lettres des Français. À titre d’exemple, Carrefour ne distribue plus son catalogue à Paris, Lyon (Rhône) et Villeurbanne. Une initiative saluée par certains clients du magasin. "C’est une économie de papier et si on peut recevoir la même chose sur son smartphone, pourquoi pas", confie l’un d’entre eux. Malgré tout, selon une étude, 50% des Français en consultent encore régulièrement pour repérer notamment les promotions. Le catalogue pourra toujours être envoyé sur demande.

Une tendance qui inquiète des imprimeries

L’enseigne met en avant un argument écologique 1 000 tonnes de papier en moins— et se défend de faire des économies. Une initiative qui est adoptée également par d’autres enseignes de la grande distribution, comme Monoprix. Casino a quant à lui supprimé la distribution de 30 millions de catalogues. Leclerc, Auchan et Super U mènent de leur côté des expérimentations. Globalement, cette baisse de l’imprimerie inquiète d’autres secteurs : à Rognac (Bouches-du-Rhône), une imprimerie réalise 90% de son chiffre d’affaires avec les catalogues de la grande distribution. Pour autant, la disparition de ces métiers n’est pas actée, car ces catalogues de promotions représentent encore jusqu’à 20% du chiffre d’affaires de la grande distribution. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.