Cet article date de plus de neuf ans.

Valls "regrette" d'avoir accusé la droite sur le terrorisme

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a regretté mercredi d'avoir lancé à la droite "le retour du terrorisme, c'est vous". Une déclaration qui a suscité une bronca mardi lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

La droite lui réclamait des excuses après ses accusations
lancées mardi à l'Assemblée nationale. Manuel Valls a finalement
exprimé des regrets mercredi. "Je regrette ces propos" , a déclaré le ministre de l'Intérieur sur
RMC et BFM TV, parce que "non, la droite n'est pas responsable " de
cela.

"Dans le chaudron de l'Assemblée nationale, on peut être emporté par le verbe et je le regrette bien évidemment" (Manuel Valls)

Manuel Valls n'a pas pour autant présenté d'excuses, même s'il a estimé qu'"il
ne faut jamais diviser le pays
" en matière de terrorisme. Il a concédé qu'il avait été "emporté par le verbe" à l'Assemblée mais qu'il n'avait "pas eu d'arrière-pensée" en s'exprimant.

Mardi après-midi, Manuel Valls a accusé directement la droite d'être
responsable du "retour du terrorisme" .
Ces propos ont suscité la colère des députés d'opposition qui se sont levés pour quitter la séance.

Mercredi matin, le Premier ministre a aussi tenté de calmer le jeu. "Evitons
la polémique
", a déclaré Jean Marc Ayrault mercredi matin sur France Info.

Lors de sa conférence de presse mardi, François Hollande a rappelé à l'ordre
le ministre de l'Intérieur tout en saluant son action.
Manuel Valls, a-t-il déclaré,
"fait remarquablement bien son travail, y compris par rapport à la lutte
contre le terrorisme
". Tout en ajoutant : "Ne perdons pas notre
temps, ne nous divisons pas, ne polémiquons pas, ne cherchons pas à utiliser je
ne sais quelle phrase à des fins de politique intérieure
".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.