Fillon divise l'UMP après ses propos sur le FN

Le revirement de l'ancien Premier ministre met en branle le principal parti d'opposition. Les cadres de la formation politique prennent leurs distances. Mais pas tous.

François Fillon, député UMP de Paris, lors d\'un discours à Nice (Alpes-Maritimes), le 13 septembre 2013.
François Fillon, député UMP de Paris, lors d'un discours à Nice (Alpes-Maritimes), le 13 septembre 2013. (JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP)

Le nouveau positionnement de François Fillon n'a pas fini de secouer l'UMP. L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy qui a déclaré, vendredi, ne plus "vouloir entendre parler" de "ni-ni", faisant référence à la ligne officielle de l'UMP (ni vote républicain ni vote FN en cas de second tour) fait vaciller le principal parti d'opposition. Si le revirement du député de Paris est approuvé par la majorité des sympathisants de l'UMP, il divise le parti. Il y a...

Ceux qui s'inquiètent

"Les déclarations de François Fillon divisent et affaiblissent l'UMP", a déploré Xavier Bertrand, dimanche, dans le "12-13 Dimanche", sur France 3. "Ses propos sont graves",a-t-il poursuivi. Il a également cité Philippe Séguin. "Je reste fidèle à ma vision du séguinisme, d'une droite qui parlait à tous mais qui refusait toute alliance avec le FN", a-t-il dit. Mais François Fillon a "bien sûr" toujours sa place dans le parti, a-t-il assuré.

Le vice-président de l'UMP Luc Chatel a réagi dimanche sur radio J. "La position de l'UMP doit rester claire. Ni PS ni FN, ni défaitisme ni trahison de nos valeurs", a-t-il déclaré. "Pas question de faire la courte échelle a ceux qui veulent nous siphonner ! Défendons nos couleurs et nos valeurs", a-t-il ajouté.

La veille, l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a tiré la sonnette d'arlarme sur Twitter. "C'est notre pacte fondateur qui est en cause", s'est inquiété le sénateur UMP. 

Ceux qui apprécient

Nadine Morano, ancienne ministre de l'Apprentissage, indique qu'elle n'a "jamais été favorable au Front républicain", défendant une "droite décomplexée". 

De son côté, le député UMP Thierry Mariani, co-fondateur du courant la Droite populaire, aile droite de l'UMP "constate avec satisfaction que Fillon a évolué", dans un entretien au Journal du Dimanche.

Ceux qui bottent en touche

Valérie Pécresse a soutenu François Fillon lors de la bataille pour la présidence de l'UMP. Mais elle ne se reconnaît pas la nouvelle stratégie de son champion. Elle a affirmé ne pas avoir compris son discours, samedi, lors de l'émission" Décideurs politiques" du Journal du Dimanche.

De son côté, Laurent Wauquiez souhaite recadrer le débat, dénonçant "des débats politiciens"