Cet article date de plus de cinq ans.

Régionales : la campagne impossible après les attentats ?

C'était l'un des effets immédiat et collatéral des attentats du 13 novembre : la suspension de la campagne pour les élections régionales. François Hollande a dit, au Congrès lundi à Versailles, que la vie démocratique devait reprendre. Mais de là à repartir aussitôt tracter sur les marchés… Plus personne ne sait très bien comment refaire campagne.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Les élections régionales auront lieu les 6 et 13 décembre prochains © MaxPPP)

Au PS, la ligne est claire, assure Christophe Borgel, le "Monsieur élection" du parti : "Nous ne reprenons pas la campagne cette semaine."  Et pour ce week-end, les deux millions de tracts anti-droite resteront dans les cartons. La consigne a été passée aux candidats : "Si vous participez à un débat, surtout restez digne, si quelqu'un vous attaque verbalement, restez calme. Les Français vous regardent."

A LIRE AUSSI ►►► Assaut à Saint-Denis : huit personnes gardées à vue, au moins deux morts

A droite, chacun fait un peu comme il veut. Retour sur scène de Christian Estrosi mercredi soir en Paca, Dominique Reynié à Tarbes ce jeudi soir. Mais à Saint-Quentin (Picardie), Xavier Bertrand n'est pas d'accord : "Les réunions publiques, je ne les reprendrai pas avant le week-end" , déclare-t-il.

"Et si la campagne, c'était de ne pas la faire ?"

En Ile-de-France, le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan n’est pas pressé de reprendre lui non plus :

"C’est du bon sens absolu et je trouve que c’est totalement décalé : comment voulez-vous que je parle des bus et des métros ? 

Et puis sur quoi faire campagne ? La sécurité ? Ce n'est pas vraiment une compétence régionale. Et avec quel matériel ? Tout a été imprimé avant les attentats, et "tout est décalé", s'inquiète, à Lille, l'écologiste Sandrine Rousseau : "Ne serait-ce que les images qui sont dessus… Les images souriantes et enjouées à un moment où l’état d’esprit n’est plus du tout le même."

Pour tous les candidats, c'est le grand saut dans l'inconnu. Quel sera l'effet des attentats sur la mobilisation ? "Et si la campagne, c'était de ne pas la faire ?" , s'interroge un dirigeant du PS. Car pour l'instant, celui que tout le monde regarde, celui qui donne le rythme, c'est François Hollande.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.