Quand une députée UMP parle de "préférence nationale"...

Brigitte Barèges, membre du collectif de la Droite populaire, reprend à son compte une expression longtemps utilisée par le Front national.

(PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI Maxppp)

Même le Front national ne parle plus, aujourd'hui, de préférence nationale. Dans le projet présidentiel de Marine Le Pen on trouve désormais l'expression "priorité nationale" - la différence est subtile...

"Préférence nationale" vient en tout cas de refaire surface, dans la bouche d'une députée UMP. Brigitte Barèges, députée-marie de Montauban, a employé l'expression pour défendre sa conception de l'accès à l'emploi, dans une émission diffusée sur France 3 Midi-Pyrénées.

"Ce que je dis simplement, c'est qu'entre ceux qui veulent ouvrir toutes
grandes les portes - par souci doctrinaire et surtout électoraliste - et ceux qui veulent toutes les fermer - par repli un peu xénophobe - nous sommes au milieu, c'est-à-dire en traitant le mieux possible les besoins de la France dans un contexte économique très grave où le chômage augmente et où il nous faut, c'est vrai quand même, accueillir la préférence nationale."

Cette même députée, membre du collectif de la Droite populaire, avait déjà défrayé la chronique en mai dernier. A propos du mariage homosexuel, elle s'était exclamée : "Et pourquoi pas des unions avec des animaux ?" s'était-elle interrogée. Avant de se rétracter.