Vidéo Présidentielle 2022 : Fabien Roussel "veut être le porte-voix des élus locaux qui réclament plus de moyens, de sécurité et plus de sanctions"

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le candidat du PCF à l'élection présidentielle assure sur franceinfo vouloir donner les moyens nécessaires aux forces de l'ordre pour assurer leurs missions, et propose "la création d'une police nationale de proximité dotée de 30 000 hommes et femmes qui soit statutaire."

"Je n'aime pas ce procès en laxisme qui est fait à la gauche", a déclaré jeudi 13 mai sur franceinfo Fabien Roussel, député du Nord, secrétaire national du PCF et candidat à l'élection présidentielle. "Nous devons investir" le terrain de l'insécurité, a-t-il dit.

"Nous sommes beaucoup d'élus locaux dans ces grandes villes de banlieue comme dans la ruralité où justement les maires se battent pied à pied tous les jours pour que l'Etat, la République, réinvestissent ces quartiers et qui n'y arrivent pas, qui demandent plus de moyens de police, plus d'implantations de commissariat, je veux être le porte-voix de ces élus locaux qui réclament plus de moyens, de sécurité et plus de sanctions", a-t-il expliqué.

Fabien Roussel veut être aux côtés des forces de l'ordre

La promesse du gouvernement de créer 10 000 postes en plus sur l'ensemble du quinquennat, fait rire le candidat du PCF. "Cela va faire en sorte que notre pays ne sera même pas au niveau des forces de sécurité que nous avions en 2007, ça va rattraper à peine ce que Nicolas Sarkozy a cassé quand il était au pouvoir. Aujourd'hui, il y a un besoin croissant de nos concitoyens de vivre tranquilles, de vivre en sécurité dans nos quartiers, dans nos villes et nos villages", a assuré Fabien Roussel.

"Je propose la création d'une police nationale de proximité dotée de 30 000 hommes et femmes qui soit statutaire. Je ne souhaite pas de la police privée comme le propose le gouvernement. Nous voulons un service public de sécurité avec des hommes et des femmes formés."

Fabien Roussel, secrétaire national du PCF et candidat à l'élection présidentielle

à franceinfo

"Les conditions de travail sont terribles, poursuit Fabien Roussel, [les policiers] se sentent visés, ils ont raison, ils en meurent. C'est un métier difficile, c'est un métier sous-payé. Quand on sort gardien de la paix avec un bac +3, on commence à 1700/1800 euros. Vous savez à combien on finit en fin de carrière ? 2004, après 30/35 ans d'exercice. Il faut faire du chiffre, et pour faire du chiffre, ils prennent des risques inconsidérés, ils en perdent la vie. Je souhaite être à côté d'eux, pour dire 'je vais me battre avec vous, faire en sorte que vous ayez les moyens d'assurer vos missions'."

"Je veux aussi réintroduire la République dans les quartiers, dans les villes, dans les villages. Quand la République se retire, c'est la violence qui s'installe", a fustigé le candidat du PCF à l'élection présidentielle. Pour lui, les policiers "ne sont pas assez nombreux quand ils interviennent, comme à Avignon, ils sont deux. Aujourd'hui pour un joint ou un paquet de shit on tue un homme, un policier, un père de deux enfants. On n'imaginait pas ça il y a encore quelques années."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Parti communiste français

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.