Cet article date de plus de sept ans.

Un million d'euros de dégâts après la manifestation anti-aéroport, selon Nantes métropole

Les dégâts sur la voirie, le matériel urbain et le réseau de transports ont fait l'objet d'une première estimation de la part de la communauté de communes, mardi 25 février, trois jours après la manifestation qui a dégénéré.

 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La station de tramway de la place du Commerce en feu, samedi 22 février à Nantes (Loire-Atlantique), en marge d'une manifestation anti-aéroport de Notre-Dame-des-Landes. (CITIZENSIDE / ARTHUR SATOUR / AFP)

La calculatrice a chauffé. Le coût des dégâts est évalué à un million d'euros, après la manifestation contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes qui a dégénéré samedi à Nantes (Loire-Atlantique), selon une première estimation communiquée par Nantes métropole, mardi 25 février.

Le préjudice concerne à la fois la ville et les transports en commun. Il comprend le "nettoiement et remplacement, réparations au global (voirie, déchets, espaces verts, mobilier urbain, heures travaillées) : 300 000 euros" et les dégâts subis par le réseau de transport en commun (Semitan) et les parkings (heures supplémentaires travaillées, espace mobilité, distributeurs de titres de transport,...), soit "600 000 euros", toujours selon Nantes Métropole. Ces estimations ne prennent pas en compte les dégradations subies par les commerçants et les particuliers (vitrines cassées, tags...).

Dans l'après-midi, à l'Assemblée nationale, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a expliqué qu'un groupe d'enquête spécialisé exploitait les images vidéo afin d'identifier d'éventuels casseurs. Pour le moment, cinq personnes ont été condamnées après les incidents, pour des travaux d'intérêt général ou de la prison ferme.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Notre-Dame-des-Landes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.