DIRECT. Edouard Philippe en visite surprise à Notre-Dame-des-Landes, à quelques jours d'une décision sur l'aéroport

Le Premier ministre annonce sur Twitter qu'il se trouve à Notre-Dame des Landes, alors qu'il a bouclé vendredi une semaine de consultations à Matignon sur le projet d'aéroport nantais, avant une décision très sensible attendue d'ici la fin janvier.

La \"zone à défendre\" de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le 9 janvier 2018. 
La "zone à défendre" de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le 9 janvier 2018.  (LOIC VENANCE / AFP)
avatar
Ilan CaroPierre GodonFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Il l'annonce par un simple message sur Twitter. Le Premier ministre effectue une visite surprise à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), samedi 13 janvier, pour "voir et écouter", explique-t-il sur le réseau social. Edouard Philippe a aussi posté plusieurs photos sur le réseau social, dont une le montrant à la mairie du village et en conversation avec le maire Jean-Paul Naud.

Les consultations bouclées. Edouard Philippe a terminé vendredi une semaine d'ultimes consultations avec les élus locaux à propos du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, avant la très attendue et très sensible décision de l'exécutif d'ici la fin janvier.

Pro et anti ont été reçus. Le Premier ministre a successivement rencontré les élus de Loire-Atlantique, puis ceux d'Ille-et-Vilaine, du Morbihan, du Maine-et-Loire, et enfin ceux de Mayenne et de Vendée. Favorables ou opposés au projet, chacun a pu exprimer sa position une dernière fois, dans le contexte nouveau des conclusions du rapport des trois médiateurs nommés par Edouard Philippe.

La piste de l'agrandissement de Nantes-Atantique. Ce rapport a conclu que la construction de Notre-Dame-des-Landes et l'agrandissement de l'actuel aéroport de Nantes-Atlantique étaient deux options "raisonnablement envisageables", remettant ainsi en selle la seconde possibilité, longtemps écartée sous le quinquennat Hollande.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #NDDL

19h36 : Un chiffre repéré dans Le Figaro : l'indemnisation de Vinci, si l'aéroport de Notre-Dame des Landes ne se fait pas, s'élèverait à 350 millions d'euros. Le groupe de BTP avait obtenu le contrat de construction de l'aéroport, puis sa gestion pendant 55 ans, en 2010.

14h43 : "Nous avons eu un échange très franc de plus de 40 minutes." Interrogée par franceinfo, la maire PS de Nantes, Johanna Rolland, rend compte de son entretien avec Edouard Philippe, qui l'a rencontrée ce matin à propos du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Selon elle, le Premier ministre lui "a redit que sa décision n'était pas prise et que c'est la raison pour laquelle, il était sur le terrain et qu'il voulait à nouveau avoir cet échange".

14h05 : "Renoncer à Notre-Dame-des-Landes serait un choix opportuniste, tactique. Ce ne serait pas un choix durable, stratégique."


Dans un entretien au Monde, l'ancien Premier ministre et ancien maire de Nantes assure que l'abandon du projet d'aéroport n'apporterait "aucune solution aux problèmes qui se posent". Si la décision était prise d'agrandir Nantes-Atlantique, "il faudrait alors tout recommencer à zéro, relancer un débat et une enquête d'utilité publique, avec l'assurance de nouveaux recours. (...) Cela veut dire qu'à la fin du mandat d'Emmanuel Macron, aucun coup de pioche n'aura été donné", déclare-t-il.

12h57 : "Il a dit très peu de chose, il a été plutôt dans l'écoute, il m'a posé quelques questions mais c'est surtout moi qui ait déroulé les arguments en faveur d'une optimisation du site actuel."


Interrogé après la visite surprise d'Edouard Philippe dans sa commune, le maire de Notre-Dame-des-Landes s'est dit "satisfait" que le Premier ministre "ait pu se rendre compte de la réalité du terrain".

11h38 : Quelle que soit la décision du gouvernement, elle sera critiquée par ceux qui ont n'ont pas eu le courage d'en prendre une.

11h38 : un bras de fer politique entre ceux qui font de la croissance à court terme leur religion quelles qu’en soient les conséquences et ceux qui se préoccupent de l’état de la planète que nous laisserons à nos enfants. Monsieur Hulot, on aimerait bien vous entendre...

11h37 : Des millions d'euros ont été dépensés pour un référendum. Les citoyens ont voté pour ce projet. Pourquoi ne pas respecter ce vote tout simplement ? La démocratie a vraiment du plomb dans l'aile. Il ne faut pas s'étonner après de la montée de l'abstention.

11h37 : Vous êtes plusieurs, dans les commentaires, à réagir à la visite surprise d'Edouard Philippe à Notre-Dame-des-Landes et à Nantes.

11h23 : "Avant la fin du mois de janvier nous aurons rendu publique la décision du gouvernement. C'est une décision difficile à prendre. Pour l'instant elle n'est pas prise, elle exige encore quelques consultations."

Après Notre-Dame-des-Landes et Nantes, le Premier ministre s'est rendu à Saint-Aignan-Grandlieu, commune située au bout des pistes de l'aéroport de Nantes-Atlantique. Il s'est exprimé devant la presse, confirmant que la décision de construire ou non un nouvel aéroport serait bien prise avant fin janvier.

11h01 : Pour ceux qui ne sont pas spécialistes , les zones agricoles protégées (ZAP) , sont un outil réglementaire votée en 1999 et figurant dans le code rural qui permet de préserver la seule vocation agricole de la zone délimitée et s'imposant au PLU de la commune. C'est le Préfet qui prend l'arrêté de création d'une ZAP.

11h06 : Bonjour Erwan. Comme précisé un peu plus tôt dans ce live, le maire de la commune, Jean-Paul Naud, n'est pas favorable au nouvel aéroport et plaide pour que la ZAD devienne une "zone d'agriculture protégée" (ZAP). Dans les commentaires, nous en dit plus sur ces ZAP.

10h58 : Le maire de Notre-Dame-des-Landes est-il favorable à la construction du nouvel aéroport ?

10h44 : Après Notre-Dame-des-Landes, Edouard Philippe s'est rendu à Nantes ce matin, "pour une visite républicaine à la maire" Johanna Rolland, membre du syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest, favorable au nouvel aéroport. Le Premier ministre a expliqué sur BFMTV qu'il avait jusqu'à présent rencontré "près d'une centaine d'élus" sur ce dossier, mais qu'avant de prendre une décision, "c'est bien aussi de voir". Il s'est ensuite rendu à l'aéroport actuel de Nantes-Atlantique.

10h14 : Pour le moment, rien n'a filtré sur ce qu'a pu dire Edouard Philippe au maire de Notre-Dame-des-Landes lors de sa visite surprise. L'édile, Jean-Paul Naud, est opposé au projet d'aéroport et plaide pour que la ZAD devienne une "zone d'agriculture protégée". Hier, le Premier ministre a rencontré à Paris le syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest regroupant les élus des 20 collectivités impliquées dans le projet de transfert de l'aéroport de Nantes.

09h28 : Dans un tweet posté ce matin, le Premier ministre indique qu'il se trouve à Notre-Dame-des-Landes pour "voir et écouter", à quelques jours d'une décision attendue sur la poursuite ou non du projet d'aéroport. Il s'est notamment entretenu avec le maire de la commune.

09h26 : Edouard Philippe effectue une visite surprise à Notre-Dame-des-Landes.