Cet article date de plus de trois ans.

Marine Le Pen : une rentrée sous tension

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Marine Le Pen : une rentrée sous tension
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Marine Le Pen a effectué sa rentrée politique ce samedi 9 septembre à Brachet, en Haute-Marne. Le parti incarné par la présidente du FN doit faire face à de vraies tensions en interne. Jean-Baptiste Marteau fait le point en plateau.

Le Front national (FN) est-il au bord de la crise de nerfs? "Officiellement, tout va bien, mais dans les faits, c'est une rentrée extrêmement compliquée pour Marine Le Pen", analyse le journaliste Jean-Baptiste Marteau sur le plateau de France 2. "Rien à voir avec celle de l'année dernière, l'euphorie à quelques mois de la présidentielle. Là, en interne, l'ambiance n'est vraiment pas à la fête. C'est plutôt haro sur Florian Philippot, qui vient de lancer une association, baptisée 'Les patriotes', ce qui a le don d'exaspérer plusieurs cadres en interne, et beaucoup réclament la démission du numéro deux du parti". 

"Ne pas nous enfermer dans une ligne rabougrie de l'union des droites"

Le parti est en proie à une véritable remise en question. Ce samedi 9 septembre, le parti a fait sa rentrée sous une météo incertaine à Brachet (Haute-Marne). Un parti en plein doute après la présidentielle de mai 2017, dont les divisions internes s'étalent au grand jour. Florian Philippot est là, mais pas de déclaration polémique. Ce n’est pas le cas de Sophie Montel, une intime du numéro 2. Celle qui vient tout juste d'être lourdement sanctionnée par Marine Le Pen ne lâche rien : "J'ai l'intention de défendre la ligne de Marine, la ligne du ni droite ni gauche, et de ne pas nous enfermer dans une ligne rabougrie de l'union des droites". Les militants, eux n'ont qu'un mot à la bouche : "déception", après le score trop faible de la présidentielle et le débat raté face à Emmanuel Macron. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Marine Le Pen

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.