VIDEOS. "Les Français refusent de devenir étrangers dans leur propre pays" : Wauquiez s'en prend à l'immigration dans son discours de rentrée

Le président des Républicains a estimé que "l'immigration de masse" était "une menace culturelle pour la civilisation européenne".

Le président des Républicains, Laurent Wauquiez, salue des militants avant un discours aux Estables (Haute-Loire), le 26 août 2018.
Le président des Républicains, Laurent Wauquiez, salue des militants avant un discours aux Estables (Haute-Loire), le 26 août 2018. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

"Les Français refusent de devenir étrangers dans leur propre pays". Sous des applaudissements nourris, Laurent Wauquiez, président des Républicains, a fait de l'immigration le principal sujet de son discours de rentrée politique, dimanche 26 août, avant sa désormais traditionnelle ascension du mont Mézenc (Haute-Loire). 

Voir la vidéo

"Comment ne pas comprendre que cette immigration de masse est aujourd'hui une menace culturelle pour la civilisation européenne ?" a également lancé Laurent Wauquiez, devant environ 1 500 personnes.

Voir la vidéo

Le patron des Républicains a aussi évoqué le sujet de l'accueil des migrants, au cœur des débats ces dernières semaines. "Nous ne devons plus laisser ces bateaux accoster dans les ports européens", a-t-il estimé, en écho à la politique de l'Italie qui refuse d'ouvrir ses ports aux navires des ONG recueillant des naufragés en Méditerranée.

"Il faut rendre l'argent aux Français"

Ce n'est pas le seul domaine sur lequel Laurent Wauquiez a attaqué Emmanuel Macron. Selon lui, la rentrée signe "la fin du mirage du macronisme" "Il n'y a pas de résultats, cette première année est un échec", estime-t-il.

Le chef de file de l'opposition de droite demande au chef de l'Etat de "renoncer aux augmentations d'impôts prévues, notamment celle sur le carburant". "Il faut rendre l'argent aux Français", a-t-il lancé, une formule qu'il avait déjà employée. Laurent Wauquiez réclame notamment la suppression des régimes spéciaux, l'augmentation du temps de travail dans la fonction publique ou encore la fin de l'aide médicale d'Etat.