La reconversion de Jean-Baptiste Djebbari chez l'armateur CMA-CGM bloquée par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique

L'ex-ministre des Transports a déjà reçu un avis de "compatibilité avec réserves" à propos de son entrée au conseil d'administration d'Hopium, qui fabrique des voitures à hydrogène.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Baptiste Djebbari, ex-ministre des Transports, à Paris, le 30 mars 2022. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

Elle pointe des "risques déontologiques substantiels"La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a refusé un projet de reconversion de Jean-Baptiste Djebbari, qui comptait rejoindre l'armateur CMA-CGM, dans un avis publié mardi 24 mai. L'ex-ministre des Transports voulait devenir vice-président exécutif en charge du pôle spatial que la CMA-CGM envisage de créer.

Selon la HATVP, le ministre a géré de nombreux dossiers en rapport avec les activités de l'armateur (intermodalité, aviation civile, applications satellitaires, ports ou transports maritimes), ce qui pose un risque de mise en cause "substantiel" du "fonctionnement indépendant et impartial de l'administration".

La HATVP note par ailleurs que l'ex-député LREM de la Haute-Vienne a rencontré à huit reprises les cadres dirigeants de l'entreprise. De quoi créer "un doute légitime quant aux conditions dans lesquelles le ministre a exercé ses fonctions gouvernementales, au regard des principes déontologiques et de l'obligation de prévention des conflits d'intérêts qui s'imposent à lui". Contactée par l'AFP, la CMA-CGM n'a pas souhaité commenter l'information.

Un projet de société de conseil "compatible avec réserves"

Un autre dossier de reconversion a été déposé par l'ex-ministre, pour "des prestations de conseil, de conférences et de gestion d’image, notamment auprès d’entreprises privées", qui a lui aussi été accepté "avec réserves". La HATVP le met notamment en garde contre le risque pénal "de prise illégale d'intérêts" si sa société était amené à conseiller une entreprise du secteur des transports. Il devra aussi s'abstenir de toute démarche auprès des membres du gouvernement ou des administrations en charge des transports pendant trois ans.

Jean-Baptiste Djebbari avait déjà obtenu un feu vert "avec réserves" de la HATVP pour rejoindre le conseil d'administration d'une start-up spécialisée dans les véhicules à hydrogène, Hopium. La reconversion avait été annoncée alors que le ministre était toujours en fonction.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.