La militante Sophie Tissier a porté plainte pour "harcèlement sexuel" contre Eric Coquerel

Elle dit s'être sentie comme "une proie" face à l'élu, lors d'une soirée organisée par le Parti de gauche en 2014 à Grenoble (Isère).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le député LFI Eric Coquerel lors d'une concertation portant sur une future union de la gauche, le 3 mai 2022 à Paris. (MAXPPP)

Sophie Tissier a bien déposé une plainte auprès de la police pour "harcèlement sexuel" à l'encontre du député LFI Eric Coquerel, lundi 4 juillet, a appris franceinfo auprès de l'intéressée, confirmant une information de BFMTV et Europe 1. La plainte a été déposée dans un commissariat de Vanves, dans les Hauts-de-Seine.

Sophie Tissier, ancienne figure des "gilets jaunes", âgée de 43 ans, assurait déjà avoir déjà déposé une pré-plainte en ligne et avoir effectué un signalement au comité de suivi des violences sexuelles de La France insoumise quant aux "comportements inacceptables" du député. Sur franceinfo, elle a affirmé que lors d'une soirée en 2014, Eric Coquerel l'avait touchée jusqu'à effleurer ses fesses, avant de lui envoyer des SMS insistants. "C'était horrible et j'étais très mal à l'aise. Je savais qu’Eric Coquerel avait un poste important et je ne savais pas trop comment réagir."

>> Accusations contre Eric Coquerel : "J'avais l'impression d'avoir affaire à un prédateur", décrit la militante Sophie Tissier

Les faits se seraient produits en 2014, lors d’une fête de l’université d’été du Parti de gauche à Grenoble (Isère). "Petit à petit, il y a eu des gestes déplacés, des mains baladeuses, se coller à moi. Je lui ai signifié, j’ai fait des remarques, il prenait cela à la rigolade, il a continué", avait-elle raconté. Eric Coquerel, pour sa part, a nié les accusations portées à son endroit dans une tribune publiée dans le Journal du dimanche"J'attends d'être entendue, qu'Eric Coquerel peut-être reconnaisse ces comportements, déclarait dimanche Sophie Tissier. S'il continue de nier, j'irai à la plainte parce que ça le vaut."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.