"On a besoin de vous, monsieur", "l'appel au secours" lancé au Premier ministre par un syndicat de police

À l'occasion du déplacement de Jean Castex à Nice pour évoquer la question de la sécurité, Laurent Martin de Frémont en appelle sur franceinfo au Premier ministre. Avec une revendication prioritaire pour le secrétaire départemental du syndicat Unité SGP-Police pour les Alpes-Maritimes : le recrutement de nouveaux effectifs.

Laurent Martin de Frémont, secrétaire départemental du syndicat Unité SGP-police
Laurent Martin de Frémont, secrétaire départemental du syndicat Unité SGP-police (RICHARD RAY / MAXPPP)

Vous croyez qu’on est rentrés dans cette administration pour tuer? On est là pour sauver des vies. Aujourd'hui, les maux de la société, on les prend, on a le dos large et ça devient très compliqué. C'est pour ça qu'on va dire à monsieur Castex tout à l'heure, ‘on a besoin de vous, monsieur’", a déclaré Laurent Martin de Frémont, secrétaire départemental du syndicat Unité SGP-police pour les Alpes-Maritimes, samedi 25 juillet sur franceinfo, alors que le Premier ministre est à Nice pour parler insécurité. "C'est un appel au secours parce que ça devient très difficile pour les fonctionnaires de police aujourd'hui en France“.

Jean Castex doit faire des annonces concrètes après les violences dans le quartier des Moulins lundi dernier. "Nous avons besoin d'effectifs, mais vous savez des effectifs pérennes", a demandé Laurent Martin de Frémont.
Au bas mot, 100 collègues doivent arriver sur le département” a demandé le syndicaliste avant de rappeler avoir perdu 93 postes dans le secteur depuis 2018. Laurent Martin de Frémont réclame aussi  le classement de Nice en “secteur difficile”.  “C'est une de nos grandes revendications pour fidéliser ses collègues sur le département”, a-t-il expliqué. 

Gérald Darmanin jugé "parfaitement réactif"

Quand vous ne pouvez pas quadriller le secteur parce que vous manquez d'effectifs, il y a forcément une présence policière amoindrie. C'est mathématique. Donc, aujourd'hui, pour assurer une présence policière de chaque instant du côté des Moulins, il faut faire tout simplement faire tourner plus de patrouilles.” 

A Nice, des coups de feu avaient été tirés en plein jour devant un supermarché du quartier sensible des Moulins, connu notamment pour être un lieu de trafic de drogue dans la ville.

Selon lui, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, déjà venu à Nice cette semaine,  a été “parfaitement réactif en diligentant une compagnie de CRS. Mais qu'adviendra-t-il après le départ de nos collègues CRS, qui sont parfaitement rompus à ce genre de missions ?  Nous avons dit à monsieur Darmanin ‘C'est un bon début, mais il faut aller plus loin’.”