Hollande et Ayrault battent leur record d'impopularité selon deux sondages

Les cotes de popularité du chef de l'Etat et de son Premier ministre s'effondrent encore en novembre, d'après Ipsos et le baromètre OpinionWay.

François Hollande et Jean-Marc Ayrault, à l\'Elysée, à Paris, le 23 octobre 2013.
François Hollande et Jean-Marc Ayrault, à l'Elysée, à Paris, le 23 octobre 2013. (MARTIN BUREAU / AFP)

La crise bretonne et le débat autour de l'écotaxe n'ont fait qu'aggraver la situation. La popularité de l'action de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault recule encore, selon deux sondages publiés lundi 11 novembre. Le chef de l'Etat atteint son niveau le plus bas (voir graphique ci-dessous), avec 22% (-4 par rapport au mois précédent) de satisfaits et 77% de mécontents, selon le baromètre de novembre Clai-Metronews-LCI réalisé par OpinionWay. Quant au Premier ministre, il est crédité de 23% de satisfaits (-6) et de 75% de mécontents.  Près de sept Français sur dix souhaiteraient un remaniement, écrit Metronews.

La même tendance se dégage du sondage réalisé par Ipsos pour Le Point. Avec 21% d'opinions favorables, le chef de l'Etat perd trois points par rapport à octobre et six points depuis septembre. Même constat pour le Premier ministre, qui recueille 21% d'avis favorables (-5 points) et 72% d'opinions négatives (+9 points), signant le plus faible score jamais mesuré pour un Premier ministre depuis la création de ce baromètre, en janvier 1996.

L'opposition n'en profite pas

L'opposition ne semble toutefois pas tirer profit de l'impopularité de l'équipe au pouvoir. La présidente du FN, Marine Le Pen, décroche de six points, à 29% de satisfaits, "preuve que la montée inéluctable du FN dans l'opinion est un fantasme médiatique", analyse le directeur général adjoint d'OpinionWay, Bruno Jeanbart. Marine Le Pen enregistre un recul similaire dans l'étude d'Ipsos, avec 31% d'opinions positives, soit trois points de moins en un mois, après ses déclarations controversées sur les otages français de retour du Niger.

A l'UMP, aucune personnalité ne réalise de percée importante, et les sympathisants UMP se montrent assez critiques à l'encontre des membres de leur parti : Nicolas Sarkozy perd six points en un mois (79% de bonnes opinions) et Alain Juppé quatre points (72%), note Ipsos.

Bénéfice de leur réunion politique ? Au centre, François Bayrou progresse de quatre points et Jean-Louis Borloo reste stable. Tous les deux sont à 42%, selon Ipsos. La cote de popularité de Jean-Luc Mélenchon baisse quant à elle de deux points, à 31%.

Le sondage Ipsos a été réalisé les 8 et 9 novembre par téléphone auprès d'un échantillon de 962 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

L'étude OpinionWay a été réalisée du 4 au 7 novembre par téléphone auprès d'un échantillon de 1 002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.