Politique : Elisabeth Borne pointée du doigt et une proposition de loi comme dernier barrage à la réforme

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Politique : Elisabeth Borne pointée du doigt et une proposition de loi comme dernier barrage à la réforme
Politique : Elisabeth Borne pointée du doigt et une proposition de loi comme dernier barrage à la réforme Politique : Elisabeth Borne pointée du doigt et une proposition de loi comme dernier barrage à la réforme (FRANCE 3)
Article rédigé par France 3 - C. Motte
France Télévisions
France 3
Comme chaque jeudi, la journaliste Caroline Motte revient sur l’actualité de cette dernière semaine en direct sur le plateau du 12/13, le 20 avril.

En déplacement dans l’Hérault, le président de la République a été chahuté par des manifestants, jeudi 20 avril. Mais cela a aussi été le cas pour Elisabeth Borne, mercredi. La Première ministre a été prise à partie lors des rencontres jeunesses à Matignon. Nina Fleury-Panel, 21 ans et lauréate d'un prix d'éloquence, a accusé le gouvernement de “couper une partie de la population des informations directes” à cause de son langage “pompeux” et a dit souhaiter des actes.  

Une proposition de loi contre la réforme

De son côté, le chef de l'État pouvait s'attendre au concert de casseroles. Auparavant, “Myriam El Khomri, et sa loi travail archi contestée en ont fait les frais en 2016. François Fillon aussi, empêtré dans les affaires, le candidat de la droite en 2017 n’a pas réussi à s’en défaire pendant toute sa campagne. Même chose pour Marine Le Pen qui a dû s’en accommoder à l’entrée de plusieurs meetings”, explique la journaliste Caroline Motte, présente en plateau.Cette semaine, des députés du groupe indépendant LIOT tentent le tout pour le tout, pour que la réforme ne passe pas avec “une proposition de loi” comme dernière arme “pour espérer faire barrage aux 64 ans”, confie la journaliste politique. Pour autant, cette proposition a peu de chances d’aboutir, risquant de “très vite coincer” au Sénat, même si elle est adoptée par l’Assemblée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.