Cet article date de plus de trois ans.

Remaniement : trois choses à savoir sur Benjamin Griveaux, le nouveau porte-parole du gouvernement

L'actuel secrétaire d'Etat à l'Economie a été promu à cette fonction auprès du Premier ministre, vendredi soir. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Benjamin Griveaux, alors porte-parole d'En marche ! le 14 octobre 2016 à Paris.  (JOEL SAGET / AFP)

L'annonce s'est fait attendre. Le mini-remaniement a finalement été annoncé vendredi 24 novembre, en début de soirée. Dans le jeu de chaises musicales, l'actuel secrétaire d'Etat à l'Economie, Benjamin Griveaux, a été promu porte-parole du gouvernement auprès du Premier ministre, Edouard Philippe. Il ne cumulera pas ce poste avec une autre fonction ministérielle.

Voici les trois choses à savoir sur l'ambitieux député (LREM) de Paris. 

Un ancien disciple de DSK 

Benjamin Griveaux est un ancien disciple de Dominique Strauss-Kahn. Fils d'un notaire et d'une avocate originaire de Saint-Rémy, en Saône-et-Loire, il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris et de l'Ecole des hautes études commerciales de Paris (HEC) – il a échoué au concours d'entrée à l'ENA, signale Le Point. C'est à HEC qu'il fait la connaissance d’Olivier Ferrand, fondateur du think tank Terra Nova, proche du PS. Il le présente à Michel Rocard et Dominique Strauss-Kahn.

Sous l'étiquette socialiste, il fait ses premiers pas d'élu comme conseiller municipal à Chalon-sur-Saône, puis conseiller départemental, vice-président du conseil général de Saône-et-Loire et vice-président de l'agglomération de Chalon.

Il se voyait comme le représentant de Dominique Strauss-Kahn en Saône-et-Loire et croisait le fer avec [l'ancien ministre et député PS] Arnaud Montebourg.

Un responsable du PS

à Reuters

Un marcheur de la première heure 

Après l'échec de son mentor dans la course à la présidentielle de 2012 et l'élection de François Hollande, Benjamin Griveaux intègre le cabinet de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, avant un détour par le privé, entre 2014 et octobre 2016, chez Unibail-Rodamco. Il quitte cette société du CAC 40 pour vivre l'aventure En marche ! 

Il fait ainsi partie de la cellule souche de LREM, mouvement dont il a contribué à faire une machine de guerre pour propulser l'ex-ministre de l'Economie Emmanuel Macron au sommet de l'Etat. Les deux hommes ont le même âge – ils fêteront tous deux leurs 40 ans en décembre . 

"C'est facile de porter la parole d'Emmanuel, il a une colonne vertébrale solide, je ne suis jamais mis en porte-à-faux", déclarait-il à Paris-Match après s'est fait remarquer pour sa pugnacité lors d'un débat face à Marion Maréchal-Le Pen.

J'ai le même âge qu'Emmanuel Macron, mais j'ai l'impression d'avoir perdu beaucoup de temps.

Benjamin Griveaux

dans "Paris-Match"

Le président lui a malgré tout préféré Christophe Castaner pour devenir le délégué général de La République en marche.

Sa nomination en juin comme secrétaire d'Etat au ministère de l'Economie et des Finances avait été interprétée comme un moyen d'y équilibrer le duo Bruno Le Maire-Gérald Darmanin, issus de la droite. Oreille du président dans ce ministère essentiel, Benjamin Griveaux s'est notamment impliqué dans les dossiers Nokia et GM&S, des restructurations politiquement sensibles.

Le futur maire de Paris ?  

Elu député en juin dans la 5e circonscription de Paris avec 56,3% des voix, celui qui envisagea naguère de briguer la mairie de Chalon-sur-Saône aurait un œil sur la mairie de la capitale pour les élections municipales de 2020.

Selon L'Obs, certains élus Les Républicains murmurent qu’au soir du premier tour, des législatives, un proche de Benjamin Griveaux a téléphoné à Déborah Pawlik, candidate LR battue, élue du 10e arrondissement, pour lui proposer de le rejoindre pour préparer 2020. L'intéressé dément. 

Il n'empêche. Sa virée à Londres pour rencontrer le maire Sadiq Khan a fait jaser, selon Le Parisien. Le journal précise toutefois que Benjamin Griveaux n'est pas seul dans la course dans le camp d'Emmanuel Macron. Hugues Renson, député (LREM) du 15e arrondissement et vice-président de l'Assemblée, serait aussi sur les rangs. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.