Cet article date de plus d'onze ans.

François Hollande ne soutiendra pas le pacte budgétaire sans un volet pour la croissance

Le candidat socialiste, François Hollande, déclare qu'il bloquera le pacte budgétaire s'il "ne contient pas de mesures de croissance", dans un entretien au quotidien allemand Handelsblatt publié mercredi 18 avril.
Article rédigé par Catherine Rougerie
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
François Hollande tient meeting à Vincennes, le 15 avril 2012. (AFP - Martin Bureau)

Le candidat socialiste, François Hollande, déclare qu'il bloquera le pacte budgétaire s'il "ne contient pas de mesures de croissance", dans un entretien au quotidien allemand Handelsblatt publié mercredi 18 avril.

Une confirmation plus qu'une annonnce. Interrogé par le quotidien économique allemand Handelsblatt, François Hollande explique quelle sera sa ligne de conduite en matière économique s'il est élu.

Il répète également que l'Europe a besoin du couple franco-allemand.

"Je ne suis pas isolé"

"Si le pacte ne contient pas de mesures de croissance, je ne pourrais soutenir sa ratification par l'Assemblée nationale. Je l'ai promis aux Français et je m'y tiendrai", affirme M. Hollande dans son entretien à Handelsblatt.

"J'ai rencontré plusieurs chefs d'Etat européens, il n'y en a pas beaucoup qui soient satisfaits de la situation économique. Je ne suis pas isolé", assure-t-il.

"L'Europe a besoin du couple franco-allemand"

Interrogé sur le refus de Mme Merkel de le recevoir pendant la campagne, M. Hollande dit comprendre "qu'il existe une solidarité partisane entre les différents camps conservateurs européens."

"Sans tenir compte de ce qui s'est passé pendant la campagne : si je suis élu, ma première visite me conduira en Allemagne. Je rencontrerai alors Mme Merkel. En ces temps de grande crise, l'Europe a besoin du couple franco-allemand", poursuit M. Hollande.

La "règle d'or" dans la Constitution : une "pure opération de relations publiques"

Interrogé sur le projet d'inscription dans la constitution française d'une "règle d'or" plafonnant l'endettement public, défendu par l'actuel président Nicolas Sarkozy, M. Hollande dénonce une "pure opération de relations publiques".

La généralisation en zone euro de "règles d'or" est un sujet défendu par la chancelière conservatrice allemande Angela Merkel, depuis que l'Allemagne s'en est elle-même dotée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.