François Bayrou, qui se dit "serein", annoncera sa candidature en décembre

François Bayrou se dit plus «serein» que jamais dans un entretien à "Libération" mardi. Le président du Modem précise qu'il annoncera officiellement sa candidature à la présidentielle "dans les quinze premiers jours de décembre".

François Bayrou à l\'Assemblée en octobre 2011
François Bayrou à l'Assemblée en octobre 2011 (MEHDI FEDOUACH / AFP)

François Bayrou se dit plus "serein" que jamais dans un entretien à "Libération" mardi. Le président du Modem précise qu'il annoncera officiellement sa candidature à la présidentielle "dans les quinze premiers jours de décembre".

Le député des Pyrénées Atlantiques indique dans "Libération" de mardi qu'il annoncera officiellement sa candidature à la présidentielle "dans les quinze premiers jours de décembre" car "le bon moment c'est avant les fêtes de fin d'année".

Selon M. Bayrou, François Hollande "commence à avoir du mal" dans sa campagne "parce qu'il n'est plus jugé en comparaison avec ses rivaux du PS mais en lui-même".

"'Je ne suis pas un contre-président. Je suis le prochain', déclare Hollande. Il parle comme si c'était fait. Or ce n'est pas fait !" ironise le président du Modem qui s'en prend aux propositions socialistes. "Le programme PS, que (François Hollande) a accepté, est insoutenable sur plusieurs points : 300.000 emplois-jeunes, 70.000 postes d'enseignants, allocation générale d'autonomie pour les étudiants, retraite à 60 ans", affirme M.Bayrou.

François Bayrou s'en prend également au récent "accord PS-Verts sur le nucléaire et le partage des circonscriptions" qu'il juge "déplacé". "Quand on traite de l'avenir d'un pays, on ne le fait pas avec des délégations d'appareil, sur un coin de table. D'un président, les Français attendent qu'il propose sa vision, non qu'il la négocie", tranche-t-il.

Sur sa future stratégie d'alliance, François Bayrou affirme qu'"au contraire des autres, nous ne voulons pas nous inféoder. Notre campagne appellera à un large regroupement politique, au centre de la vie politique française".