François Asselineau : "Quand mon nom apparaît dans un sondage en ligne, on casse la baraque"

Le candidat UPR, François Asselineau, est convaincu qu'il va faire mentir les sondages officiels qui le créditent à 0% des intentions de vote à la présidentielle.

Le candidat à la présidentielle (UPR) François Asselineau au congrès de la FNSEA de Brest, le 30 mars, 2017. 
Le candidat à la présidentielle (UPR) François Asselineau au congrès de la FNSEA de Brest, le 30 mars, 2017.  (FRED TANNEAU / AFP)

Compte tenu de "l'accueil sur le terrain", François Asselineau, candidat l'Union Populaire Républicaine (UPR), est sûr de faire un bon score à la présidentielle. "Quand je suis dans la rue, je suis constamment abordé par des gens qui me disent : c'est 'fantastique', 'continuez', a-t-il expliqué au micro de franceinfo, lundi 3 avril. Nous sommes en train de faire venir à nous des quantités d'abstentionnistes, notamment des gens qui étaient dégoûtés par la politique." Selon lui, il va faire un score à la présidentielle qui va faire mentir les sondages. "Les sondages officiels me donnent 0% (...) alors que, quand mon nom apparaît dans un sondage en ligne, on casse la baraque", a-t-il ajouté.

Mme Le Pen, M. Dupont-Aignan et M. Mélenchon "font du populisme"

François Asselineau est pour la sortie de l'Union européenne et de l'Otan. Selon lui, Mme Le Pen, M. Dupont-Aignan, ou M. Mélenchon "font du populisme et essayent de se rapprocher de nos thèses et de nos analyses. J'ai l'antériorité, cela fait 10 ans. Notre mouvement a été classé par le ministère de l'Intérieur au-dessus de clivage droite-gauche."

Pour une sortie de l'euro réussie, il faut, selon lui, "s'en donner les moyens en adoptant une charte fondatrice qui appelle les Français à se rassembler à titre provisoire au-dessus du clivage droite-gauche pour faire sortir la France de l'Union européenne, de l'euro et de l'Otan."

François Asselineau se défend d'être souverainiste. "Les souverainistes ne savent pas ce qu'ils veulent et ne veulent pas ce qu'ils savent. Mme Le Pen, M. Dupont-Aignan, ou M. Mélenchon critiquent tous l'Union européenne et l'euro, mais ne proposent jamais d'en sortir comme l'on fait les Britanniques, de façon juridique", a-t-il expliqué sur franceinfo.

François Asselineau : Mme Le Pen, M. Dupont-Aignan, ou M. Mélenchon "font du populisme et essayent de se rapprocher de nos thèses et de nos analyses"
--'--
--'--

>> A quoi ressemblerait la France de François Asselineau ?