Vidéo Obsèques de Gérard Collomb : "Je sais tout ce que je vous dois", déclare Emmanuel Macron, "inconsolable"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 11 min
"Je sais, Gérard, tout ce que je vous dois", a déclaré ce mercredi Emmanuel Macron depuis la cathédrale Saint-Jean à Lyon, où il assiste aux obsèques de Gérard Collomb. -
Obsèques de Gérard Collomb : l'hommage d'Emmanuel Macron "Je sais, Gérard, tout ce que je vous dois", a déclaré ce mercredi Emmanuel Macron depuis la cathédrale Saint-Jean à Lyon, où il assiste aux obsèques de Gérard Collomb. - (FRANCE 3)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
L'ancien maire de Lyon avait été l'une des premières personnalités politiques à rejoindre le chef de l'Etat dans sa conquête de l'Elysée.

Un dernier hommage. "Je sais, Gérard, tout ce que je vous dois", a déclaré, mercredi 29 novembre, Emmanuel Macron dans la cathédrale Saint-Jean à Lyon, où il a assisté aux obsèques de Gérard Collomb. "Pas un seul instant je n'oublie que, sans votre force d'âme, votre goût du dialogue, votre sens de l'amitié, sans vous avoir croisé sur mon chemin, je ne serais pas là où je suis", a ajouté le chef de l'Etat en hommage à l'ancien maire de Lyon, qui avait été l'une des premières personnalités politiques à le rejoindre dans sa conquête de l'Elysée.

"Cher Gérard, pour tout cela, pour ces milliers de vies changées, pour vos tendres éclats de voix autant que votre bienveillance, votre départ laisse un immense vide pour votre épouse et vos enfants, pour les Lyonnais, pour les Français", a poursuivi le président.

"Vos analyses, votre franchise, votre culture (...) Notre complicité vont me manquer comme vous allez manquer à Brigitte qui vous aime tant. Et si lors de ma cérémonie d'investiture vous versiez d'inoubliables larmes, c'est à nous, à moi, d'être aujourd'hui étreint par le chagrin, inconsolable". "Le vent se lève, il faut tenter de vivre. Vous avez rejoint d'autres rivages et pourtant vous continuerez d'être parmi nous (...) Adieu Gérard et merci", a conclu Emmanuel Macron.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.