Nucléaire : au cœur du démantèlement d'une centrale

Emmanuel Macron, mardi 27 novembre, a fait des annonces sur le nucléaire. 14 des 58 réacteurs français seront arrêtés d'ici à 2035.

FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le président de la République a annoncé, mardi 27 novembre, l'arrêt de 14 réacteurs français d'ici à 2035. Neuf réacteurs nucléaires sont actuellement en cours de démantèlement. Ce sont des chantiers impressionnants et très délicats. Dans les Ardennes, sur le site de Chooz, tout près de la frontière belge, deux réacteurs récents sont en activité. Mais, à quelques mètres de là, un démantèlement est en cours, celui du plus ancien réacteur à eau pressurisée mis en service en France. Ce chantier hors norme qui dure depuis plus de dix ans. La plupart des tuyaux qui couraient sur les murs sont d'ores et déjà démontés. Mais derrière ces barrières de confinement, l'opération la plus complexe, la plus périlleuse, est toujours en cours : le démontage du cœur du réacteur.

Des déchets destinés à l'enfouissement

Au-dessus d'une piscine qui les protège des radiations, seuls certains opérateurs sont autorisés à pénétrer. La cuve et le matériel à évacuer, hautement radioactifs, ne sont qu'à quelques mètres. Leur démontage ne peut se faire que grâce à des outils immergés. "On a des outillages, des scies, des scies à ruban, tout un tas d'équipement et tout est téléopéré", explique un technicien. Ici, 20 tonnes de matériaux resteront radioactifs pendant plusieurs milliers d'années. Des déchets destinés à l'enfouissement.

Le JT
Les autres sujets du JT
La centrale nucléaire de saint-Alban en Isère, le 28 août 1992.
La centrale nucléaire de saint-Alban en Isère, le 28 août 1992. (PASCAL GUYOT / AFP)