DIRECT. Suivez l'interview d'Emmanuel Macron dans le journal de 20 heures sur France 2

Après avoir lancé cette semaine son parti "En marche", le ministre de l'Economie est l'invité de Laurent Delahousse.

Ce direct est terminé.

Ce qu'il faut savoir

Après avoir lancé cette semaine son parti "En marche", Emmanuel Macron est l'invité du journal de 20 heures de Laurent Delahousse, dimanche 10 avril. Selon un sondage publié par le Journal du Dimanche, le ministre de l'Economie est le favori à gauche pour se présenter à l'élection présidentielle de 2017. Emmanuel Macron assure pourtant que son nouveau mouvement n'est "pas fait contre François Hollande".

Il dit d'ailleurs avoir prévenu le président de la République du lancement de ce mouvement qui se veut "ni à droite ni à gauche". "J'ai un rapport amical et respectueux avec François Hollande. Le mouvement que je lance est complémentaire à mon action au sein du gouvernement, pas opposé", affirme le ministre.

Samedi soir, en marge d'un déplacement à Alger — en compagnie notamment d'Emmanuel Macron — le Premier ministre Manuel Valls a estimé que le ministre "était dans son rôle" pour "élargir" l'espace politique de la gauche en créant un mouvement transpartisan. Il lui a toutefois rappelé, devant la presse, "le devoir de rassembler" en faveur du président Hollande en vue du scrutin de 2017.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MACRON

20h42 : Parce que vous avez un apriori.Pour une fois que l'on essaie de rassembler les énergies en dépassant le clivage droite- gauche que nous impose la 5* république

20h42 : Très pro, Macron , il faut bouleverser les clivages et blocages politiques

20h42 : Les supporters d'Emmanuel Macron se réveillent dans les commentaires.

20h30 : Une nouvelle marionnette du monde politique !

20h30 : Le porte à porte de Macron peut passer chez moi je leur claque la porte au nez ! Pour qui se prend t-il ce Macron !!

20h30 : Grâce à eux la gauche ne passera pas aux prochaines élections

20h29 : Pourquoi ne pas avoir posé une question sur les Panama Papers à cet ancien de la banque Rotschild ?

20h30 : Vos réactions (très critiques) à l'interview d'Emmanuel Macron à l'instant sur France 2.

20h27 : Il nie également être en concurrence avec Manuel Valls. "Je ne crois pas à la comédie humaine, insiste--t-il. C'est pour ça que vous me voyez peu dans les émissions politiques."

20h26 : Quand Laurent Delahousse demande à Emmanuel Macron s'il se présenterait si François Hollande renonçait à être candidat, Emmanuel Macron refuse d'entrer dans une démarche personnelle.

20h24 : "Si [je faisais le constat d'échec de François Hollande], je n'aurai pas rejoint le gouvernement. Si François Hollande avait refusé que je crée le mouvement, j'aurais pris mes responsabilités", continue Emmanuel Macron, qui définit sa relation avec le président de la République.

20h22 : "Je suis attaché à ma relation personnelle avec François Hollande", poursuit Emmanuel Macron. "Mais je voudrais faire plus. Ce qui manque, c'est de partager à un moment essentiel de la vie politique française les constats, et faire des choix radicaux, (...) comment recréer du consensus au bon moment, avant l'élection, dépasser les clivages partisans."

20h22 : "François Hollande a respecté cette idée, cette volonté. Je ne ferai rien qui fragilise le président de la République."

20h19 : Emmanuel Macron annonce qu'En Marche va lancer une Grande Marche. Les adhérents vont faire du porte à porte pour faire le bilan du pays.

20h18 : "La prochaine étape, c'est de construire ce collectif. Avec celles et ceux qui nous rejoignent, depuis mercredi. Il y a toutes les 30 secondes un nouvel adhérent. Il y en a 13 000 à En Marche", poursuit Emmanuel Macron.

20h18 : "En Marche, c'est un collectif politique. Depuis 18 mois, je suis dans un collectif gouvernemental, sous la présidence de François Hollande, sous la direction de Manuel Valls. On a fait beaucoup de choses, on s'est heurté des blocages. Des gens qui disent 'à gauche, on ne m'avait pas promis ça'".

20h15 : L'interview d'Emmanuel Macron au 20 heures, c'est maintenant ! Pour la suivre, c'est par là.