"Je ne sais pas si Macron va trop vite, mais il va très vite" : Richard Ferrand répond à la grogne des adhérents LREM

Invité de France Inter mardi, le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, a réagi aux critiques de certains "marcheurs" qui reprochent à Emmanuel Macron d'aller trop vite. "Je ne sais pas s'il va trop vite, mais en tout cas il va très vite", a-t-il estimé. 

Emmanuel Macron et Richard Ferrand, le 16 janvier 2017 à Quimper (Finistère), dans une loge après un meeting.
Emmanuel Macron et Richard Ferrand, le 16 janvier 2017 à Quimper (Finistère), dans une loge après un meeting. (MAXPPP)

Une centaine d'adhérents déçus ont annoncé leur départ de La République en marche (LREM), le 17 novembre dernier, à la veille du congrès du mouvement. Certains députés reprochent à La République en marche d'aller trop vite.

"Je l'entends et je le pense aussi. Je connais le rythme de travail et l'énergie d'Emmanuel Macron. Je ne sais pas s'il va trop vite, mais en tout cas il va très vite", a reconnu, mardi sur France Inter, Richard Ferrand, président du groupe LREM à l'Assemblée nationale. La République en marche a "la conscience de l'urgence à répondre aux impatiences et de devoir mettre en œuvre notre programme", a-t-il ajouté.

Nous-mêmes, nous n'avons pas le temps pour prendre le recul sur tout ce que nous avons fait en six mois.Richard Ferrandà franceinfo

Une dizaine de députés va créer un groupe de soutien, dénommé "Care" ("soin" en anglais) afin de prendre en charge la détresse de certains des leurs. "Ce que nous avons mis en place, c'est un groupe de députés, que j'ai nommé, qui va travailler à préparer notre séminaire de rentrée et qui est à l'écoute des collègues qui découvrent le métier, parfois peinent à s'organiser", a expliqué Richard Ferrand, président du groupe LREM à l'Assemblée nationale.

Richard Ferrand est, par ailleurs, très fier des députés. "Hier [lundi], nous étions plus de 100 mobilisés dans l'hémicycle pour conclure le budget, souligne-t-il. Sur les autres bancs, il y avait trois-quatre représentants des autres groupes. Donc, je suis très fier de ce groupe qui s'engage, qui est motivé, qui veut montrer aux Françaises et aux Français que nous croyons en ce que nous faisons."

>> À lire : Taxe d'habitation : "Cet impôt imbécile" sera compensé à "l'euro près" pour les communes, annonce Richard Ferrand