Taxe d'habitation : "Cet impôt imbécile" sera compensé à "l'euro près" pour les communes, annonce Richard Ferrand

Invité de France Inter mardi, le président du groupe LREM à l'Assemblée a répondu aux inquiétudes des maires de France concernant la suppression partielle de la taxe d'habitation.

Le 100e congrès des maires de France s'ouvre sous le signe de l'inquiétude et de la colère. La baisse des emplois aidés et la suppression partielle de la taxe d'habitation inquiètent les maires de France. "C'est une bonne nouvelle pour nos concitoyens", a assuré Richard Ferrand, président du groupe LREM à l'Assemblée nationale. Mardi 21 novembre, sur France Inter, il est revenu sur cet "impôt imbécile".

Sur la taxe d'habitation, l'engagement a été pris qu'à l'euro près et en tenant compte de la dynamique des différentes communes, elle serait intégralement compensée. Là-dessus, c'est clair, c'est net et définitif.

Richard Ferrand

à France Inter

Les dotations aux collectivités territoriales vont baisser de 13 milliards d'euros sur le quinquennat. "Ce sont 319 collectivités locales qui représentent 75% de la dépense publique" qui sont concernées, a expliqué Richard Ferrand. "L'idée c'est de dire que pour les autres collectivités locales, il y aura une contractualisation entre l'Etat et ces collectivités pour voir comment l'Etat peut venir soutenir l'investissement et comment ces grandes entités peuvent contenir leur fonctionnement", a-t-il ajouté.

"Depuis plusieurs années, c'est la première fois que les dotations qui sont destinées aux collectivités locales et aux communes ne baissent pas, c'est plutôt un signal d'amour", a insisté le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale.

Richard Ferrand, président du groupe LREM, invité de France Inter, le 21 novembre 2017.
Richard Ferrand, président du groupe LREM, invité de France Inter, le 21 novembre 2017. (FRANCEINFO)