Agression du petit-neveu de Brigitte Macron : les huit personnes interpellées sont âgées de 16 à 35 ans, certaines sont déjà connues des services de police

Après l'interview d'Emmanuel Macron, Jean-Baptiste Trogneux a été roué de coups par un groupe de manifestants. Huit ont été interpellés peu de temps après l'agression.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Vitrine de la chocolaterie Trogneux, rue Delambre à Amiens (Somme). (FRED DOUCHET / MAXPPP)

Les suspects dans l'agression du petit-neveu de Brigitte Macron à Amiens (Somme) sont âgés de 16 à 35 ans, a appris mardi 16 mais franceinfo auprès d'une source proche du dossier. Huit personnes ont été interpellés peu après les faits lundi soir. Parmi elles, se trouve une adolescente de 16 ans. Les sept autres sont des hommes âgés jusqu'à 35 ans. Certains d'entre eux sont déjà connus des services de police.

Jean-Baptiste Trogneux a été violemment agressé après l'interview d'Emmanuel Macron sur TF1. Selon le père de la victime et neveu de Brigitte Macron, Jean-Alexandre Trogneux, "une quarantaine de manifestants" protestaient contre la politique du chef de l'État devant leur boutique, la chocolaterie Jean Trogneux. Puis, poursuit-il, "une dizaine qui se sont jetés sur lui en le reconnaissant. Ils l'ont tabassé, avec énormément de coups au visage".

>>> Petit-neveu de Brigitte Macron agressé : "Violence gratuite", "Intolérable", "lâcheté effarante", les réactions politiques sont nombreuses

Jean-Alexandre Trogneux, le neveu de la Première dame déplore auprès de France Bleu Picardie, "un amalgame depuis l'élection d'Emmanuel Macron, qui veut que tout le monde croit que la société Trogneux lui appartient, que c'est celle de son épouse Brigitte".  Des élus de la majorité présidentielle mais aussi de La France insoumise, du Parti socialiste et du Rassemblement national ont publiquement condamné cette agression. Brigitte Macron a aussi dénoncé "la lâcheté, la bêtise et la violence" des agresseurs.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.