Cet article date de plus de neuf ans.

Des milliers de manifestants contre le projet de loi sur la sécurisation de l'emploi

A l'appel de quatre syndicats (CGT, FO, FSU et Solidaires), plusieurs milliers de salariés sont descendus dans la rue ce mardi, à la veille de la présentation du projet de loi sur la sécurisation de l'emploi en Conseil des ministres. Le texte conclu, difficilement, entre syndicats et patronat en janvier dernier, est l'objet de vives critiques.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Franceinfo (Franceinfo)

La CFDT, la CFE-CGC et la CFTC sont restées invisibles mardi
au cours des manifestations contre le projet de loi sur la sécurisation de l'emploi,
aux quatre coins du pays. Et pour cause. Ces quatre centrales syndicales sont
les seules à avoir signé, le 11 janvier dernier, le fameux texte, en compagnie du
MEDEF, le syndicat patronal.

Selon la CGT et FO, les deux organisations hostiles à l'accord,
et qui ne l'ont donc pas signé, le texte, et plus particulièrement son volet
flexibilité (voir encadré), ne peut qu'instaurer une plus grande précarité chez les salariés. 200.000 personnes, selon les syndicats, ont participé à cette journée de mobilisation en manifestant dans les rues de plusieurs villes du pays.

175 manifestations en France

Derrière la banderole "Non à la régression sociale",
entre 2.300 personnes selon la police, et 7.000 selon les syndicats, ont défilé
à Lyon, convergeant vers la place Bellecour.

A Toulouse, ils étaient entre 1.800 et 5.000, dans un cortège
réunissant salariés, syndicalistes, mais aussi militants de la gauche de la
gauche, du Front de Gauche au Nouveau Parti anticapitaliste.

A Marseille, le vent et la pluie balayant la ville n'ont pas empêché le cortège de se déployer en ville.

Hautement symbolique également, la participation de quelque
200 ouvriers de Michelin à Clermont-Ferrand.

A Nantes, les syndicalistes de FO et de la CGT ont également défilé ensemble, sans aucune arrière-pensée selon leurs représentants.

Quelque 175 manifestations étaient prévues un peu partout dans le
pays. Selon un communiqué de la CGT, elles ont réuni "plus de 200.000 salariés actifs, retraités et privés d'emploi " .

A Paris, CGT et FO côte-à-côte

La manifestation parisienne, forte de plusieurs milliers de participants (30.000 selon les organisateurs, 9.000 selon la police), s'est élancée vers 14 heures de
la place du Châtelet, direction l'Assemblée nationale.

"Dès lors que nous considérons que l'enjeu est
beaucoup plus important que toutes les différences qu'on peut avoir sur un
certain nombre de sujets, il était nécessaire d'unir nos forces" (Bernard
Thibault)

En tête de cortège, côte-à-côte, Bernard Thibault et
Jean-Claude Mailly. Les deux leaders de la CGT et de FO ont pour une fois mis
de côté leurs divergences pour faire cause commune. Une première. Les deux hommes dénoncent en choeur un accord qui reprend les exigences du MEDEF.

Ils ont
également fait une place derrière la banderole de tête au cégétiste Jean-Pierre
Mercier, figure de la contestation chez PSA Peugeot Citroën.

Côté politique, Jean-Luc Mélenchon et ses amis du Front de Gauche s'étaient donné rendez-vous à un point fixe du cortège.

Présents également, des représentants de l'aile gauche du Parti socialiste, comme Marie-Noëlle Lienemann, la sénatrice de Paris qui parle d'"un accord en absolu déséquilibre en faveur du patronat" , ou encore le député de la 6e circonscription de l'Essonne Jérôme Guedj.

Des perturbations limitées

Au-delà des manifestations, l'appel à la grève lancé dans
les transports, notamment, semble ne pas avoir été très suivi.

La SNCF
annonce un trafic normal, sauf sur la ligne du RER D en banlieue
parisienne, où seuls deux trains sur trois en moyenne circulent, et sur la
ligne Paris-Nice.

Aucune perturbation signalée en revanche à la RATP, dans les
transports en commun parisiens.

Enfin, du côté d'Air France, peu de perturbations également,
la compagnie avait annoncé mardi matin que "l'ensemble des vols"
serait assuré., malgré quelques retards sur des vols intérieurs.

Pour les syndicats, la balle est désormais dans le camp du gouvernement. Le projet de loi sur la sécurisation de l'emploi sera présenté mercredi en Conseil des ministres.

> A lire : une partie de la gauche inflexible sur l'accord

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.