Déchéance de nationalité : pourquoi Hollande n'a pas renoncé

La déchéance de nationalité pour tous les binationaux nés français condamnés notamment pour terrorisme figure donc bien dans le projet de réforme de la Constitution comme l'a souhaité François Hollande. Comment le chef de l'Etat assume-t-il une décision qui braque et crée le malaise dans son propre camp ?

("En gardant le silence, François Hollande a fait tomber les masques", dit-on à l'Elysée © MaxPPP)

"Il martyrise sa majorité ? Et alors ? C'est comme ça avec tous les présidents !", explique un dirigeant socialiste bluffé par ce coup de théâtre. Bluffé, mais au pied du mur. Comment faire voter par les socialistes la déchéance ? A l'Elysée, on compte sur la droite. Une question de cohérence : "En gardant le silence, explique-t-on, François Hollande a fait tomber les masques dans l'opposition. Elle est pour, alors il faut voter ce que Nicolas Sarkozy lui-même n'a pas su faire dans son quinquennat !"

A LIRE AUSSI ►►► La droite réclame la démission de Christiane Taubira

En politique, on appelle cela "trianguler" . François Hollande préfère le mot "rassembler""On ne triangule pas pour le plaisir,  dit un conseiller, n'oubliez pas les 130 morts du 13 novembre ? C'est d'abord ça le sujet : la guerre aux terroristes, sous toutes ses formes."

Les Français retiendront-ils la hauteur de vue... ou la cacophonie ? 

La gauche se sent trahie ? "Mais la gauche peut mourir si elle se déconnecte des Français" , explique un proche du président. François Hollande sait que l'opinion est avec lui. Et en prenant cette décision diffcile, il garde de la hauteur, il tient parole. Message posté à tous les Français juste avant les fêtes. 

A LIRE AUSSI ►►► Réforme constitutionnelle : la déchéance de nationalité maintenue dans le projet 

Ces derniers retiendront-ils la hauteur de vue du président ? Ou la cacophonie, les calculs ? La stratégie Hollande : étouffer la droite pour gagner face au FN en 2017.