Affaire Griveaux : le couple Pavlenski-de Taddeo comparaît devant la justice pour atteinte à l'intimité de la vie privée

Soupçonnés d'être à l'origine de la diffusion de vidéos à caractère sexuel impliquant Benjamin Griveaux en pleine campagne municipale, Piotr Pavlenski et sa compagne Alexandra de Taddeo comparaissent mercredi et jeudi devant le tribunal correctionnel pour atteinte à l'intimité de la vie privée.
Article rédigé par franceinfo, Yannick Falt
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Piotr Pavlenski, en février 2020. (GUILLAUME GEORGES / MAXPPP)

Les deux vidéos avaient provoqué la chute politique de Benjamin Griveaux, alors député et candidat à la mairie de Paris après avoir été le porte-parole du gouvernement. Le 12 février 2020, des images se retrouvent diffusées sur un site baptisé "Pornopolitique". On y voit un homme non identifié en train de se masturber. Le lien est rapidement relayé sur les réseaux sociaux, accompagné de captures d'écrans des messages reçus par Alexandra de Taddeo qui a eu une brève relation avec Benjamin Griveaux un an et demi plus tôt lorsqu'il était porte-parole du gouvernement. Son compagnon Piotr Pavlenski revendique alors la diffusion des vidéos.

Deux jours plus tard, le visage défait et la voix blanche, Benjamin Griveaux annonce qu'il se retire de la course aux municipales parisiennes. Il explique vouloir protéger sa famille, lui qui est marié et père de trois enfants. Le lendemain, il dépose plainte avant d'abandonner totalement la vie politique l'année suivante, et notamment son mandat de député, pour se reconvertir depuis dans le privé.

>> Affaire Benjamin Griveaux : qui est Piotr Pavlenski, l'artiste russe controversé à l'origine des vidéos à caractère sexuel ? 

Soupçonné d'être à l'origine de la diffusion des images, le couple Pavlenski-de Taddeo comparaît mercredi 28 juin et jeudi 29 devant le tribunal correctionnel pour atteinte à l'intimité de la vie privée. Benjamin Griveaux, lui, n'assistera pas au procès.

Motivations politiques ou artistiques ? 

Dans cette affaire, la défense de l'artiste russe a évolué, mais avec une constante. S'il revendique toujours la diffusion, ses motivations semblent avoir changé. Elles étaient à l'origine politiques, Piotr Pavlenski expliquant avoir voulu dénoncer l'hypocrisie du candidat macroniste, ses mensonges, ses contradictions, alors qu'il faisait d'après lui la propagande des valeurs familiales traditionnelles. 

Avec sa défense, il avance dans un second temps des motivations artistiques, lui qui a toujours aimé provoquer à coups de performances choc. Piotr Pavlenski s'est cousu les lèvres en soutien au groupe contestataire Pussy Riot et s'est aussi cloué les testicules sur la place Rouge. En France, il a déjà été condamné à trois ans de prison dont un ferme pour avoir incendié la façade d'une succursale de la Banque de France.

Sa compagne, en revanche, n'a cessé de minimiser son implication. Elle reconnaît une relation essentiellement virtuelle avec Benjamin Griveaux. Les deux se sont rencontrés sur Instagram et ne se sont vus qu'une seule fois. Elle reconnaît également avoir enregistré les vidéos censées être éphémères en modifiant le paramétrage de son téléphone. Mais elle nie toute intention de nuire. D'après Alexandra de Taddeo, même si elle a soutenu sa démarche une fois les vidéos mises en ligne, son compagnon aurait récupéré les images à son insu.

Les juges ont toutefois retenu son implication directe notamment parce qu'elle présidait une association qui soutenait financièrement Pornopolitique, le site sur lequel ont été diffusées les images du scandale. "Les méthodes de la Stasi pour abattre un candidat" selon l'avocat de Benjamin Griveaux. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.