Nouvelle nuit d’émeutes à Nantes

Nantes (Loire-Atlantique) a de nouveau vécu une nuit de violence entre le jeudi 5 et le vendredi 6 juillet. Cet événement fait suite à la mort d’un jeune homme de 22 ans, mardi 3 juillet, lors d’un contrôle de police.

France 2

Ce chef cuisinier ne pensait pas découvrir un tel spectacle en arrivant au travail vendredi 6 juillet au matin. "La bêtise n'a pas de nom. Je trouve ça bien dommage", regrette Didier Leseault, chef cuisinier au lycée Léonard de Vinci de Nantes (Loire-Atlantique). Comme lui, le personnel de l’établissement d’enseignement professionnel découvre l’étendue des dégâts. Une voiture a brûlé dans la cour. Elle a endommagé la façade et a rendu inutilisable la loge du gardien. Résultat : cinq personnes ont dû être relogées.

Une cinquantaine de voitures brûlées

L’établissement est situé dans le quartier de la Bottière, pas très loin de l’épicentre des violences, dans le quartier des Dervallières, mais jusqu’à présent, les nuits y avaient été calmes. Dans les environs, une station-service a également été prise pour cible et incendiée. En tout, une cinquantaine de voitures a été brûlée au cours de la nuit du jeudi 5 juillet au vendredi 6 juillet, dans différents quartiers. Trois personnes ont été interpellées.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des cendres encore fumantes, dans la matinée du vendredi 6 juillet 2018, sur l\'île de Nantes (Loire-Atlantique).
Des cendres encore fumantes, dans la matinée du vendredi 6 juillet 2018, sur l'île de Nantes (Loire-Atlantique). (ANTOINE DENÉCHÈRE / RADIO FRANCE)