Émeutes à Nantes : "une soif de vengeance"

Nantes (Loire-Atlantique) a vécu une nuit d’émeutes, dans la nuit du mercredi 4 au jeudi 5 juillet. Sur place, Diane Schlienger raconte les faits.

France 2

La nuit nantaise a été agitée. Des émeutes, qui font suite à la mort d’un jeune homme de 22 ans après un contrôle de police, ont éclaté lors de la nuit du mercredi 4 au jeudi 5 juillet dans plusieurs points de la ville. Sur place, Diane Schlienger raconte les faits. "La situation est revenue au calme depuis plusieurs heures, mais les séquelles sont très importantes", constate la journaliste. Devant un bâtiment calciné, une jeune femme était ainsi en pleurs. Il s'agit d'une employée d'une bibliothèque de quartier qui a brulé, scandalisée devant les livres brulés, en lambeaux.

Des jeux du chat et de la souris

L’ambiance a été électrique. "La nuit a été très tendue entre des jeunes déterminés, qu'on a vus avoir une soif de vengeance et de l'autre côté des policiers sur le qui-vive, tendus eux aussi, qui voulaient éviter qu'il y ait des blessés. Cette nuit, il n'y a pas eu d'affrontements directs entre les deux camps, mais plutôt des jeux du chat et de la souris", explique Diane Schlienger. 

Le JT
Les autres sujets du JT
La bibliothèque associative de la maison des Haubans dans le quartier Malakoff à Nantes en cendres, après les violences urbaines de la nuit du 4 juillet 2018.
La bibliothèque associative de la maison des Haubans dans le quartier Malakoff à Nantes en cendres, après les violences urbaines de la nuit du 4 juillet 2018. (France Bleu Loire Océan)