Cet article date de plus de huit ans.

Eric Woerth a-t-il fait payer moins d'impôts à Bernard Tapie ?

Selon Mediapart, Bercy aurait fait profiter l'homme d'affaires d'un impôt avantageux sur les sommes récoltées grâce à l'arbitrage controversé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien ministre du Budget, Eric Woerth, le 2 juin 2013 à Chantilly (Oise). (FRED DUFOUR / AFP)

Enième rebondissement dans l'affaire Tapie. Selon un article de Mediapart publié vendredi 28 juin, les enquêteurs auraient mis la main sur un courrier adressé en avril 2009 par Eric Woerth aux avocats de Bernard Tapie. Dans cette lettre, le ministre du Budget de l'époque détaille le traitement fiscal qui sera appliqué aux 403 millions d'euros obtenus par l'homme d'affaires grâce au fameux arbitrage, aujourd'hui contesté.

Douze millions d'euros d'impôts, au lieu de 120

Selon Mediapart, l'existence de cette lettre prouve que le dossier fiscal de Bernard Tapie n'a pas été géré comme de coutume par Bercy, mais par Eric Woerth lui-même et son cabinet. Et l'ex-ministre aurait été, toujours selon Mediapart, très généreux avec Bernard Tapie. Ce dernier ne se serait en effet vu réclamer que 12 millions d'euros d'impôts, "alors que d'autres modes de calcul auraient pu déboucher sur la somme de 120 millions d'euros", écrit le site, sans plus de précisions.

Mais cette proposition de Bercy n'a semble-t-il pas satisfait Bernard Tapie, qui aurait appelé Claude Guéant à la rescousse pour obtenir gain de cause. C'est en tout cas ce qui ressort d'un enregistrement révélé par Mediapart en mars. Au cours de cette conversation téléphonique datant de mai 2009, Bernard Tapie affirme en effet à son interlocuteur – dont l'identité n'est pas précisée – qu'il a bel et bien rencontré Claude Guéant, alors secrétaire général de l'Elysée, à ce sujet. Mediapart ne précise pas le montant de l'impôt finalement acquitté par Bernard Tapie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaire Tapie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.