Cet article date de plus de huit ans.

Arbitrage Tapie : Lagarde a décidé "en totale connaissance de cause", selon Richard

Lors de son audition, l'ancienne ministre de l'Economie avait estimé que Stéphane Richard, son directeur de cabinet d'alors, ne lui avait pas donné toutes les informations.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancienne ministre de l'Economie, Christine Lagarde (G) et son directeur de cabinet de l'époque, Stéphane Richard, le 28 juin 2010 à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)

Stéphane Richard contre-attaque. Mis en examen pour "escroquerie en bande organisée" dans l'affaire de l'arbitrage Tapie, l'ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde au ministère de l'Economie a annoncé lundi 24 juin à l'AFP qu'il comptait contester devant la cour d'appel de Paris cette décision, "infondée et infamante".

Dans sa déclaration écrite, il règle également ses comptes avec l'ancienne ministre. Lors de son audition devant la Cour de justice de la République, cette dernière, placée sous statut de témoin assistée, avait déclaré que Stéphane Richard paraissait très favorable à la solution de l'arbitrage et estimé qu'il ne lui avait pas donné toutes les informations. Mais, selon le PDG d'Orange, la ministre a opté pour l'arbitrage "en totale connaissance de cause" et en "parfaite information". "Je confirme l'avoir tenue en permanence informée de toutes les évolutions de ce dossier", a-t-il ajouté.

C'est cette procédure, dont l'impartialité est remise en cause par la justice, qui avait permis à l'homme d'affaires de toucher en 2008 403 millions d'euros dans son litige avec le Crédit Lyonnais sur la vente d'Adidas. Deux instructions sont en cours sur cette affaire, dans laquelle trois personnes ont été mises en examen.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaire Tapie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.