Exposition : “Dust”, au Centre Pompidou jusqu’au 8 mars

En 2019, Thomas Fougeirol et Jo-Ey Tang ont fait don de la série complète de Dust – 1031 photogrammes et un film – au Centre Pompidou. Cette œuvre exceptionnelle constitue un enrichissement important de la collection ou la photographie expérimentale occupe une place primordiale.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
IMAGE CENTRE POMPIDOU, MNAM-CCI  / AGENCE PHOTO DE LA RMN-GP (IMAGE CENTRE POMPIDOU, MNAM-CCI  / AGENCE PHOTO DE LA RMN-GP)

Œuvre grandiose et collective, Dust rend hommage à une forme d’image en voie de disparition : le photogramme. Cette œuvre est un hommage à la photographie, à sa préhistoire et aux avant-gardes du 20e siècle qui ont privilégie le photogramme au sein de leurs expérimentations.

Dust. The Plates of the Present

Réalisée entre 2013 et 2018 à l’initiative du peintre français Thomas Fougeirol et de l’artiste et commissaire américain Jo-ey Tang, Dust est une installation photographique. 124 artistes – plasticiens, musiciens, écrivains, vidéastes, de nationalités diverses – ont été invités sur l’exposition dans l’objectif de produire chacun une série de huit photogrammes dans une chambre noire improvisée, à Ivry-sur-Seine.    ≪ Les planches de ce présent travail sont obtenues par la seule action de la lumière, sans aucune aide du crayon de l'artiste et ne sont pas, comme certains l'ont imaginé, des gravures qui en seraient l'imitation ≫, écrivait William Fox Talbot dans The Pencil of Nature (1844-1846).  

Le photogramme

Empreinte de la lumière et expérience se dérobant aux formes de prévisualisation, le photogramme appartient à toute une culture de l’image sur le point de disparaitre, remplacée par les images numériques issues des calculs algorithmiques. Il est pourtant intéressant de constater l’intérêt que la technique du photogramme continue de susciter auprès d’un grand nombre d’artistes, pas uniquement photographes, prêts à se livrer à ces recréations visuelles. 

Question de l'auteur et du collectif

Bertrand Prévost (Bertrand Prévost)

L’œuvre acquise est montrée pour la première fois dans son intégralité sous la forme d’une installation totale recouvrant tous les murs et toutes les cimaises.   En outre, elle permet au public de découvrir une installation sonore inédite composée par les témoignages des artistes. Artistes américains et européens occupent une égale représentation dans cette œuvre collective, symbole des riches échanges artistiques et culturels entre ces deux pôles géographiques et culturels. En ce sens, Dust interroge certaines problématiques du monde de l’art contemporain comme la question de l’auteur, celle du collectif et de la mise en commun de ressources.   A l’ère ou la distanciation physique s’impose et remet en question, entre autres, les modalités de coopérations artistiques, ce projet apparait comme un témoignage puissant des possibilités de l’action collective et de l’échange.

The Plates of the Present Commissariat : Emmanuelle Etchecopar-Etchart, Daniel Mebarek, Florian Ebner avec Thomas Fougeirol et Jo-ey Tang

Plus d'informations sur le site du Centre Pompidou

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.