VIDEO. Venezuela : à cause de la pénurie alimentaire, un zoo obligé de tuer les animaux les plus faibles pour nourrir les autres

Face à la crise économique qui frappe le Venezuela, les zoos du pays se trouvent dans une situation particulièrement difficile par rapport aux animaux affamés.  

Voir la vidéo

Frappé par une crise économique, le Venezuela subit des pénuries alimentaires depuis 2015. Parmi les victimes collatérales de cette situation, les animaux des zoos, qui pour la plupart ont besoin de rations alimentaires importantes. Par exemple, les fauves consomment chaque jour 8 à 10% de leur poids en viande. "Nous avons des fauves qui nécessitent 500 kg de viande par semaine", indique Elio Rios, directeur du Metropolitan Park Zoo. Nous allons bientôt recevoir 800 kg de viande. On a attendu une semaine pour cette nouvelle livraison et, bien sûr, nous recevons aussi des donations. Il y a des restaurants qui ont des restes non-transformés de viande et nous pouvons les utiliser." 

Des mesures désespérées et polémiques

Par le passé, certains zoos s'était résignées à nourrir les lions avec des fruits. Mais face à l'ampleur du problème, le Metropolitan Park Zoo a décidé de prendre une mesure bien plus radicale. "Nous devons faire des choix", concède le directeur. Si nous avons un animal malade qui ne peut survivre, nous le sacrifions parce que nous devons prendre des mesures éthiques envers cet animal. Nous n'allons pas l'enterrer, alors il sert de nourriture." Une mesure désespérée qui provoque la polémique. 

De son côté, le gouvernement vénézuélien a nié en 2016 que les animaux mourraient de faim.

Frappé par une pénurie alimentaire, un zoo vénézuélien nourrit ses animaux avec d\'autres de ses animaux
Frappé par une pénurie alimentaire, un zoo vénézuélien nourrit ses animaux avec d'autres de ses animaux (BRUT)