Le pape François veut une "église pour les pauvres"

Pour les célébrations de Pâques, c'est une famille syrienne qui a été choisie pour porter la croix au Colisée. Le cœur de Rome est placé sous haute surveillance pour le traditionnel chemin de croix présidé par le Pape François. La reporter Caroline Piggozi est sur le plateau du Soir 3.

France 3

Une famille syrienne pour représenter le Vendredi saint, c'est forcément un acte signé par le pape François. "C'est un pape jésuite et pragmatique (...) ça interpelle et ça sert à quelque chose. Il a pris des gens qui sont fragilisés et il veut donc mettre la lumière sur les gens qui souffrent en général", explique Caroline Pigozzi, spécialiste du Vatican. Cette dernière compare régulièrement le pape François avec le pape Jean-Paul II. "Je dis que ce sont deux personnalités marquantes. Quand j'ai commencé, j'ai suivi un peu Jean-Paul II, j'ai aussi suivi le pape Benoît XVI (...) mais le pape François et le pape Jean-Paul II sont rayonnants, chacun à leur façon. Le pape Jean-Paul II voulait la lumière (...) alors que le pape François veut aussi rayonner, mais en donnant l'image d'une église exemplaire".

"Il n'aime pas une église majestueuse"

Le pape actuel aime être au contact des plus défavorisés. "Il n'aime pas une église majestueuse, riche. (...) C'est d'ailleurs son principal objectif. Il veut faire une église pauvre pour les pauvres et s'il pouvait il serait dans certains pays pour le mariage des prêtres et il rêve d'aller en Chine", assure la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le pape François au Vatican, le 27 septembre 2017.
Le pape François au Vatican, le 27 septembre 2017. (GIUSEPPE CICCIA / AFP)