Cet article date de plus de neuf ans.

Célestin V: le précédent pape qui a choisi la renonciation

Pietro de Morrone, un ermite, fut élu pape le 5 juillet 1294 sous le nom de Célestin V. Le nouveau souverain pontife ne connaissait pas les arcanes de la curie romaine et fut poussé à la renonciation par le cardinal Benoît Gaetani.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Cathédrale Saint-Pierre, au Vatican, Rome le 13 décembre 2010.   (AFP/Manuel Cohen)
Né dans le sud de l’Italie dans une famille pauvre, l’homme devient bénédictin. Dès l’enfance, il a la vocation du dénuement et de l’austérité. Il est moine vers 1231, puis ordonné prêtre il fonde une congrégation d’ermites, influencé par le mouvement des religieux fervents, les Spirituels. Il voyage souvent dans les endroits les plus reculés d’Italie, cherchant la solitude la plus profonde, tout en recevant un accueil chaleureux du peuple.
 
Nanti d’une formation théologique minimum, ne connaissant rien aux arcanes de la Curie romaine, Célestin est quelque peu dépassé par sa fonction. Charles II l’empêche de gagner Rome et le souverain pontife doit s’installer au castel Nuovo de Naples. Le temps d’accorder des subsides à sa congrégation et de plaire aux responsables spirituels franciscains.
 
Les cardinaux s’aperçoivent vite de l’incongruité de cette nomination. Ils examinent alors un plan pour que Célestin V accepte la renonciation. Les causes légitimes de cet acte sont l’humilité, le désir de vie parfaite qui guident ce pape, trop saint pour la fonction.
 
Sur les conseils du cardinal Benoît Gaetani, l’ancien ermite renonce à son pontificat le 13 décembre 1294. Il ne sera donc resté que six mois sur le trône de Pierre. Le prélat qui l’a poussé au départ prend sa place sous le nom de Boniface VII.   
 
L’histoire n’est pas encore terminée. Boniface VII impose à l’ex-Célestin 5 une garde sévère dans le château de Fumone en Campanie. Ce dernier, qui jouit d’un grand prestige moral chez les Spirituels pose en martyre. Il est notamment regretté par ses disciples du sud de la France qu’il avait favorisés et dont l’activisme pourrait menacer les pouvoirs en place. Boniface VII craignant même un schisme.
 
L’ex-ermite meurt, à 86 ans, de mort naturelle, le 19 mai 1295. Philippe le Bel qui a été en conflit avec Boniface VII tente de le faire canoniser. Ce sera fait le 3 mai 1313, à Avignon comme ‘confesseur’ sous le nom de Pierre de Morrone.
 
En 2009, le pape Benoît XVI  s’est rendu en visite à la basilique de l’Aquila qui contient le mausolée des restes de Célestin V, déposant sur celui-ci l’ornement sacerdotal qu’il portait le jour de son intronisation.          

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vatican

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.