Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Etats-Unis : treize artistes donnent leur vision du 11-Septembre

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
Le 11-Septembre vu par les artistes
Le 11-Septembre vu par les artistes Le 11-Septembre vu par les artistes (FRANCEINFO)
Article rédigé par Camille Adaoust
France Télévisions

Quinze ans après l'attentat qui a fait 2 753 morts, une exposition ouvre ses portes, le 12 septembre, au mémorial de New York.

L'art pour se souvenir. A l'occasion du quinzième anniversaire du 11-Septembre, le musée dédié aux attentats à New York a fait entrer l'art dans ses murs, pour raconter autrement le souvenir de cette journée. Une exposition, "Rendering the Unthinkable", "Traduire l'impensable", débute le 12 septembre, au lendemain de la date anniversaire, avec treize œuvres d'artistes locaux reconnus, présentant peintures, vidéos ainsi qu'une sculpture. Tous ont en commun d'avoir vécu, chacun à leur façon, les attentats. 

Pas de représentations violentes

Dans les galeries, pas de toiles violentes ou de représentations douloureuses. L'art a fait son chemin dans les souvenirs, a apaisé la souffrance et apprivoisé l'histoire, désormais intégrée dans l'ADN new-yorkais.

Certains, comme Ejay Weiss, ont utilisé des cendres de Ground Zero pour les incorporer à quatre peintures à l'acrylique, qui subliment le chaos, avec en leur centre des carrés de ciel bleu : celui dont se souviennent encore les New-yorkais le matin où se sont écroulées les tours jumelles, faisant 2 753 morts.

Christopher Saucedo avait, lui, deux frères pompiers. L'un d'eux a disparu à jamais dans l'effondrement des tours. Sculpteur, il avait l'habitude de travailler avec de l'acier et autres métaux. Mais pas question pour lui, après le 11-Septembre, de travailler avec les mêmes matériaux que ceux des carcasses suppliciées du World Trade Center. Il a pressé du lin blanc sur des rectangles de papier mâché bleu, et de là sont nées des compositions éthérées, presque réconfortantes, où semble flotter le World Trade Center.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.